À Saint-Malo, retour sur le sable sous le soleil mais sans poser sa serviette

"Ça nous avait manqué !" Samedi au pied des remparts de Saint-Malo, les habitants de la cité corsaire redécouvraient le plaisir de la plage, sous une forme "dynamique", une réouverture par un soleil radieux, qui a attiré du monde au fil de la journée.

Les promeneurs au rendez-vous sur la plage du Sillon à Saint-Malo, pour ce premier week-end de déconfinement - 16/05/2020
Les promeneurs au rendez-vous sur la plage du Sillon à Saint-Malo, pour ce premier week-end de déconfinement - 16/05/2020 © OUEST FRANCE/Thomas Brégardis / Maxppp

"Vous voyez, les gens sont respectueux des règles! Ils ne s'agglutinent pas!" Depuis la mairie en haut des remparts, qui offre une vue splendide sur les flots bleutés et le fort national, Claude Renoult (SE) contemple la grande plage de sable de quatre kilomètres avec satisfaction. Il fut l'un des maires à militer ardemment pour l'ouverture des plages "à l'australienne", autrement dit de manière dynamique, sans poser sa serviette pour la bronzette, après une fermeture des remparts et de la plage qui fut "un crève coeur"
 
    

Premiers pas sur le sable, mais avec un masque


Au bord de l'eau, François et Géraldine, lui retraité et elle consultante, nagent dans le bonheur après avoir effectué leurs premier pas sur le sable. "On a un sentiment de liberté. On voit que les gens sont très heureux de retrouver la plage du Sillon", explique cet ancien horloger, qui habite dans "Le Caillou", comprenez la ville intra-muros protégée par les épais remparts qui peuvent atteindre sept mètres d'épaisseur. Et par "respect pour les consignes et pour le personnel soignant", le couple porte le masque sur la plage. "Malouin suis, Breton peut-être, Français s'il en reste", glisse, espiègle, François, citant la devise de la cité corsaire.
 

Jokari et détecteur de métaux 

  
 Si l'accès à la plage est autorisé, on ne peut rester statique, ce qui donne à certains l'occasion de faire preuve d'ingéniosité. Ainsi, Emmanuel Micheau, directeur commercial, a ressorti son jokari et semble faire du mur face aux vagues. "Pendant le confinement, je jouais dans la cour de l'immeuble, là je suis face à la mer, avouez que c'est mieux !" lance-t-il rigolard, la raquette à la main. "Voir la mer de loin, c'est bien, mais l'approcher de près, ça procure toujours une grande émotion", ajoute-t-il. Nathanaël, 28 ans, a lui ressorti... son étonnant détecteur de métaux pour dénicher des pièces ou des bijoux perdus (ou non) au pied du fort. "La plage me manquait énormément: on attendait que ça, l'annonce de la réouverture ! On regardait tous les jours twitter, facebook...Et puis c'est arrivé !", sourit cet architecte qui fait partie des 1.500 Malouins habitant à l'intérieur des remparts sur les 47.000 habitants.
    

Interdiction de poser sa serviette sur le sable


Gaëlle Davenel, venue de Rennes - à 70 kms - avec son conjoint et ses deux enfants, savoure "ses retrouvailles avec la mer". Mais alors que le couple déploie une serviette de plage pour sécher les enfants, une voiturette orange de la SNSM (Société des sauveteurs en mer) arrive. Killian Bazin, 20 ans, explique aux contrevenants que c'est interdit, sans les verbaliser. "On dit aux gens qu'on n'a pas le droit de pique-niquer, de poser la serviette, de faire des châteaux de sable ou de promener les chiens...", dit le jeune homme, qui peut joindre la police municipale en cas de problème.
 

"Baignade un peu froide mais attendue !"

    
À l'ombre des remparts, que Flaubert compara à une "couronne de pierres posée sur les flots", un courageux baigneur sort d'une trempette d'une quinzaine de minutes dans une eau à 13° après un footing sur la plage"C'est ma première baignade, un peu froide, mais elle était attendue! C'était dur ne pas pouvoir y aller", glisse Frédéric, 48 ans, habitant le centre-ville mais originaire de Lille et habitué aux températures fraiches de la mer du Nord. "Le principe de la plage dynamique, on l'applique toute l'année ici", explique-t-il.
 

"Pas de rassemblement de plus de six personnes, tout va bien !" pour la préfète    


S'il n'y avait pas la foule le matin, beaucoup plus de personnes étaient présentes l'après-midi, ont constaté des journalistes de l'AFP. La préfète d'Ille-et-Vilaine Michèle Kirry a salué le "bon choix qui a été fait de l'utilisation dynamique de la plage qui permet de respecter la distanciation physique (...). Les distances sont respectées, on ne voit pas de rassemblement de plus de six personnes, tout va bien !", s'est-elle félicitée.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société mer nature littoral environnement