TER Bretagne : les nouveaux horaires de la colère

Publié le Mis à jour le
Écrit par Thierry Peigné .

Avec l'arrivée de la LGV Bretagne en juillet, les horaires des TER ont tous été chamboulés. Malgré une concertation puis des aménagements, ces nouveaux horaires, lancés en septembre, ne conviennent pas du tout à certains usagers. Exemple à Redon.

Le 2 juillet 2017 s'élançait le premier TGV commercial de la LGV (ligne à grandes vitesse) Le Mans – Rennes, une révolution ferroviaire aux multiples conséquences. Parmi elles, l'impact des gains de temps et des nouvelles fréquences qui ont provoqué une refonte complète des horaires TGV et TER en Bretagne et dans tous le grand ouest. Avec les deux nouvelles lignes LGV Le Mans - Rennes et Tours - Bordeaux, la grande vitesse donne le LA, les horaires étant cadencés à Montparnasse.



Une offre TER complètement chamboulée

L’offre TER Bretagne ne pouvant être conservé en l'état, de nouveaux horaires ont vu le jour en septembre après des mois de concertation, menées par la région Bretagne, la SNCF et les usagers. L'objectif était d'obtenir le meilleur compromis entre l'accès de la grande vitesse à tous les territoires et le service des usagers quotidiens et occasionnels du réseau breton.



Un compromis qui malheureusement ne convient pas à tous les usagers. Et les réactions d'insatisfaction aux nouveaux horaires n'ont pas tardé à se faire entendre.



De nombreux usagers mécontents

Sur la ligne Redon - Rennes, les usagers quotidiens ont vu leur offre matinale passer de deux à un seul horaire. De plus, par le jeu du nouveau timing, leur temps passé dans les trains a augmenté de 35 minutes, avoisinant les 3 heures par jour. Une pillule difficile à avaler pour les abonnés. Ces derniers ont lancé une pétition (950 signataires à ce jour) pour obtenir des horaires adaptés aux besoins des usagers quotidiens de la gare de Redon.



Face à cette nouvelle donne qui bouleverse leur vie, certains abonnés parlent même d'envisager des solutions radicales, comme déménager ou reprendre la voiture. 



durée de la vidéo: 02 min 13
Avec l'arrivée de la LGV, la SNCF a modifié les horaires de nombreux trains régionaux sur le réseau breton. De nouveaux horaires qui mécontentent beaucoup de voyageurs, notamment sur la ligne entre Redon et Rennes. / Intervenants : Frédéric, usager depuis 10 ans - Astrid, usagère depuis 9 ans - Dominique, usager quotidien depuis 14 ans - Stéphane Fior-Capucci, responsable de production SNCF Bretagne


Des aménagements envisagés

Selon la SNCF, depuis l'arrivée de la LGV, l'offre globale de trains a été augmentée de 20% et celle des TER de 10%. La région Bretagne appelle à la patience les 33 000 usagers quotidiens de TER bretons (dont 10 000 abonnés). Elle assure prendre à bras le corps la problématique. Suite à la consultation d'avant LGV, "ce sont ainsi 150 arrêts supplémentaires qui ont été créés par semaine (dont 20 arrêts en car TER)".



Concernant la ligne entre Rennes et Redon, des travaux doivent avoir lieu à partir de septembre 2018.





Notre émission Génération Bretagne s'intéresse à la Ligne à Grande Vitesse

Le mercredi 11 octobre, Génération Bretagne [Enquêtes de Régions] s'intéresse à la Ligne à Grande Vitesse. Inaugurée cet été en Bretagne, elle permet désormais de relier Rennes à Paris en 1 h 25. Mais ce gain de temps profitera t-il à toute la Bretagne ? Les Bretons sont-ils tous gagnants?



Quel impact sur votre quotidien ? Que pensez-vous des tarifs de la SNCF ? Répondez à notre questionnaire ci-dessous.





Génération Bretagne [Enquêtes de Régions] s'intéresse à la Ligne à Grande Vitesse
Le mercredi 11 octobre, Génération Bretagne [Enquêtes de Régions] s'intéresse à la Ligne à Grande Vitesse. Inaugurée cet été en Bretagne, elle permet désormais de relier Rennes à Paris en 1 h 25. Mais ce gain de temps profitera t-il à toute la Bretagne ? Les Bretons sont-ils tous gagnants?



Répondez à notre questu
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité