• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Violences contre les femmes : 5 téléphones portables d'alerte à Rennes

Le téléphone grave danger possède une languette spéciale. Une fois tirée, elle alerte les forces de l'ordre via un standard de Mondial Assistance / © MaxPPP - Anne-Cécile Juillet
Le téléphone grave danger possède une languette spéciale. Une fois tirée, elle alerte les forces de l'ordre via un standard de Mondial Assistance / © MaxPPP - Anne-Cécile Juillet

Le téléphone grave danger (TGD) fait partie d'un dispositif mis en place dans le cadre de la loi du 4 août 2014, pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes. Ce téléphone portable permet à une victime identifiée de joindre rapidement les services de police et de secours, en cas de danger. 

Par Emilie Colin

Après avoir été expérimenté en Seine-Saint-Denis, le téléphone grave danger (TGD) est désormais proposé en Ille-et-Vilaine depuis janvier 2016. Ce téléphone portable possède une languette d'urgence, laquelle permet de rentrer en contact très rapidement avec les services de police et de secours, 24h/24h, 7 jours sur 7. En accord avec son propriétaire, les paramètres de géolocalisation sont activés, facilitant ainsi l'assistance en cas de danger. Cinq sont déployés à Rennes. Trois ont au départ été attribués. Sur ces trois, un est toujours en service. 

Un dispositif rassurant et dissuasif

Ce dispositif est mis à disposition de femmes ayant subi des violences. Elles en bénéficient pour une durée de 6 mois, renouvelable. L'association SOS victimes 35 a permis d'identifier les personnes et a réalisé dès janvier 2016 des évaluations. C'est au procureur de la République que revient la décision finale. Nelly Lefeuvre, coordinatrice de SOS victimes 35 explique "Nous évaluons la situation globale, la vulnérabilité de la personne en essayant de voir s'il existe d'autres moyens de protection et enfin les risques d'atteinte à l'intégrité physique."  La personnalité de l'agresseur est largement étudiée comme le rappelle le procureur de Rennes, Nicolas Jacquet. 

Téléphone grave danger : les explications du procureur de la République de Rennes
Nicolas Jacquet, procureur de la République


En plus du téléphone, les victimes sont toujours accompagnées. Une évaluation a lieu tous les mois, voire plus selon les besoins. L'outil est considéré comme rassurant par celles qui en ont déjà bénéficié. 
 



A lire aussi

Sur le même sujet

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade

Les + Lus