Le Lady Özge est reparti

Le chimiquier, entré en collision avec le chalutier Père Milo, a repris sa route vers Dunkerque.

Le Lady Ozge, chimiquier battant pavillon turc, entré en collision lundi avec le chalutier Le Père Milo, à  30 km à l'ouest de Belle-Ile, et dont le patron est porté disparu en mer, a repris sa route vers Dunkerque mercredi matin, a-t-on appris auprès du parquet de Lorient.

Le commandant du Lady Ozge et deux membres d'équipage ont été entendus mardi et les auditions se sont terminées dans la nuit, selon le parquet, qui ne souhaite pas communiquer sur le contenu de ces auditions.

Le chimiquier de 120 mètres, qui venait de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et se dirigeait vers Dunkerque (Nord) au moment de la collision, avait accepté volontairement de rester au mouillage au large mardi, pour les besoins de l'enquête.

Le bateau ne se trouvait pas dans les eaux territoriales françaises au moment de la collision et ne pouvait donc pas être dérouté d'office.

Le Lady Özge a repris sa route vers Dunkerque mercredi peu après 7 heures, selon le parquet de Lorient.

Les recherches menées pour retrouver le patron-pêcheur du Père Milo, âgé de 40 ans, se sont achevées sans succès mardi.

La collision s'est produite lundi vers 13h30 entre le chimiquier et le petit chalutier de Lorient (56), qui a coulé.

Une enquête pour "homicide involontaire

Sur les deux membres d'équipage du Père Milo, seul le matelot, indemne mais choqué, a pu être récupéré par le navire turc, dont l'équipage s'était aussitôt porté au secours des marins du chalutier.

L'enquête de flagrance pour "homicide involontaire" se poursuit sur cette collision et le matelot rescapé, qui a été hospitalisé à Lorient et a déjà été entendu brièvement par les enquêteurs, devrait à nouveau être entendu dans les prochains jours.

Aucune information judiciaire n'a été ouverte pour le moment, a précisé le parquet.