Journée nationale d'action : emplois, salaires, retraites..manifestations dans une dizaine de villes bretonnes

Réunies en intersyndicale, les organisations CGT, FSU, Solidaires, Unef, UNL, MNL, et FIDL appellent à une mobilisation interprofessionnelle nationale ce jeudi 4 février. Des rassemblements sont organisés dans une dizaine de villes en Bretagne.

Lorient : les salariés de la métallurgie et de l'Arsenal étaient dans la rue ce matin.
Lorient : les salariés de la métallurgie et de l'Arsenal étaient dans la rue ce matin. © France3 Bretagne isabelle Rettig

Les organisations syndicales ont a nouveau voulu compter leurs troupes dans un contexte économique troublé par la crise sanitaire. Après des mouvements dans l’énergie, la santé et l’Éducation, les syndicats voulaient  « rassembler les salariés du privé et public » sur des revendications que sont l’emploi, les salaires et les retraites.

1500 manifestants à Rennes

Plusieurs rassemblements sont prévus ce jeudi 4 février 2021 partout en Bretagne. À Rennes, les manifestants avaient rendez-vous esplanade Charles-de-Gaulle, à partir de 11 h. Près de 1500 personnes ont répondu à l'appel. Le cortège s'est élancé en musique vers midi mais il s'est scindé en deux un peu plus tard, des étudiants voulant se diriger vers le centre historique. Des jets de gaz lacrymogène ont eu lieu, le canon à eau a été sorti par les forces de l'ordre.

Le réseau Star prévient, sur Twitter, que « les lignes de bus desservant le centre-ville de Rennes sont déviées aujourd’hui entre 11 h et 14 h environ ».

Nombre de revendications mises en avant notamment l'interdiction des licenciements ,l'augmentation des salaires et l' abandon des réformes de la retraite et de l'assurance chômage .Dans certains attroupements, également des représentants du monde du spectacle attendus.

A Lorient, ils étaient environ 400 ce matin, ouvriers de l'Arsenal et de la métallurgie, pour défendre emplois et conventions collectives de leur profession.

Dans un communiqué, le Parti communiste de Quimper revient sur la crise sanitaire « vécue dans la souffrance et l’angoisse » pour « la grande majorité de nos concitoyens, particulièrement pour celles et ceux qui subissaient déjà la précarité et le chômage »

A  Vannes, le rendez-vous a été fixé devant le site de l'usine Michelin. L’intersyndicale demande un "véritable plan de relance combinant investissement public massif et soutien des revenus des plus précaires".

Les syndicats mettent notamment en avant la précarité des étudiants et du personnel soignant. Autre axe : relocaliser les industries sur le territoire français.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social manifestation