• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue 1 : Rennes se contente d'un nul à Toulouse

M'Baye Niang après son but contre Toulouse le 5 mai 2019. / © PASCAL PAVANI / AFP
M'Baye Niang après son but contre Toulouse le 5 mai 2019. / © PASCAL PAVANI / AFP

Huit jours après avoir remporté la Coupe de France face au Paris Saint-Germain (2-2, 6-5 tab), son premier trophée depuis 1971, Rennes a dû se contenter d'un match nul à Toulouse (2-2) dimanche à l'occasion de la 35e journée de L1.

Par Krystell Veillard


Rennes, qui n'a plus remporté un match à extérieur depuis quatre mois (5 défaites et 3 nuls), enchaîne une huitième rencontre sans victoire consécutive en L1 (5 nuls et 3 défaites) et reste dans la deuxième partie de tableau. Toulouse, grâce à ce match nul, porte son avance à sept points sur Caen, barragiste. A trois journées de la fin, le maintien est en bonne voie pour le TFC.
  

Niang ouvre le score pour Rennes


Tenus en échec à domicile, mercredi dernier face à Monaco (2-2), alors qu'ils menaient 2-0, les Rennais - avec Niang, Sarr et Grenier de retour de suspension, mais sans Ben Arfa, officiellement blessé - ont une fois de plus ouvert le score grâce à une jolie frappe de Mbaye Niang à l'entrée de la surface (1-0, 35e). Un avantage de courte durée puisque cinq minutes plus tard une main de Da Silva dans sa surface offrait l'occasion à Durmaz d'égaliser sur penalty (1-1, 40e).
  

Sarr égalise sur pénalty


En début de seconde mi-temps, l'international suédois était également à l'origine du second but des siens en tirant un coup franc légèrement dévié par Dossevi dans le but de Koubek (2-1, 52e). Là encore, le TFC ne profitait pas très longtemps de cet avantage puisqu'un contact litigieux entre Niang et Sanogo dans la surface permettait à Sarr d'égaliser sur penalty (2-2, 59e).
    

Guingamp, la prochaine étape pour Rennes


Malgré une fin de match débridée,  et une tête de Gradel sur le poteau (75e), aucune des deux équipes ne parvenait à pousser l'autre à la faute. Prochaine étape pour Rennes: la réception de Guingamp, son tourmenteur en finale de la Coupe de France en 2009 et 2014. Un mauvais souvenir presque oublié depuis le triomphe inespéré contre Paris au Stade de France.


"C'est un match nul qui me semble assez logique" déclare Julien Stéphan, entraîneur de Rennes

"C'est un match nul qui me semble assez logique. Le TFC est resté dangereux jusqu'à la fin. On a ouvert le score sur un de nos temps forts et c'est assez frustrant d'avoir été rejoint aussi vite car Toulouse n'était pas vraiment menaçant à ce moment-là. Ils ont poussé en seconde mi-temps, ont repris l'avantage et c'est une preuve de notre caractère que d'être parvenu à égaliser. On a un groupe de compétiteurs et on va chercher à obtenir les meilleurs résultats possible jusqu'à la fin de la saison. On se doit de respecter aussi la L1. Je n'ai strictement rien à reprocher à mes joueurs sur ce match".

 

Sur le même sujet

Trañs Breizh Express 2019

Les + Lus