Mis en cause par l'association L214, le Groupe Doux réagit

Les images ont été diffusées dans l'émissions Le Quotidien. Tournées par l'association L214 dans un élevage de volailles en Vendée du groupe Doux, elles détaillent la croissance rapide de poulets destinés à l'export. Doux a réagit en publiant un communiqué. Une enquête interne va être ouverte.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'association L214 a tourné des images dans un élevage de volailles de Vendée, entre fin avril et mai 2017. La vidéo dénonce les conditions d'élevage et d'abattage des poussins qui y vivent une croissance extrêmement rapide. Ici, il s'agit d'une population de 35 2000 individus, rassemblés dans 1200 m². Un mois d'élevage intensif produit des bêtes d'1,4 kg. 

Cet élevage travaille avec le groupe Doux. Selon L214, les poulets filmés sont destinés à l'export et ce mode d'élevage concernerait 75 % de la production française. 


Doux répond : une enquête interne va être ouverte


Dans un communiqué, l’entreprise Doux indique qu'elle "prend acte des images diffusées le 06/09 2017 dans l’émission Quotidien sur la chaîne TMC et sur les plateformes sociales de L214." Elle ajoute que ces images "ne reflètent en aucune façon les pratiques d’élevage définies par Doux et appliquées par ses 300 éleveurs partenaires, notamment dans sa prise en compte du bien-être animal par l’entreprise."

Doux explique avoir mis en place à un cahier des charges, depuis 1997 où la qualité, l'hygiène, la sécurité sanitaire et le bien-être des animaux sont définis comme prioritaires. Des contrôles réguliers sont réalisés afin de vérifier l'application de ces règles. 

"Pour autant, et afin répondre aux interrogations légitimes suscitées par ce reportage, nous attendons désormais d’en savoir plus sur l’élevage concerné afin de diligenter une enquête interne pour vérifier l’état de l’élevage sur place, comprendre ce qui a pu se passer et prendre les mesures nécessaires le cas échéant."

"Doux réitère sa confiance auprès des 300 éleveurs partenaires. Tous sont des professionnels dûment formés, aimant leur métier et respectant les animaux, avec lesquels l’entreprise travaille dans une relation de proximité et de confiance, et ce parfois depuis des décennies, voire depuis plusieurs générations."