A Belle-Ile, ils écrivent à Xavier Niel pour éloigner une antenne-relais en construction

Mobilisé depuis l'automne contre l'installation d'une antenne-relais dans le clocher de l'église de Bangor, un collectif d'îliens a adressé une lettre à Xavier Niel, actionnaire principal de Free. Des habitants du bourg s'inquiètent pour les élèves de l'école, située à proximité.

L'école maternelle et primaire de Bangor, à Belle-Ile-en-Mer, se situe à 22 mètres du clocher où une antenne-relais du groupe Free est en train d'être installée
L'école maternelle et primaire de Bangor, à Belle-Ile-en-Mer, se situe à 22 mètres du clocher où une antenne-relais du groupe Free est en train d'être installée © DR

La nacelle est arrivée le 25 mai, et elle s'est déployée devant l'église de Bangor. La semaine dernière, des travaux pour creuser le sol et passer des gaines avaient déjà mis sur ses gardes le "Collectif contre l'antenne-relais dans le bourg de Bangor". Ces habitants de la petite commune du centre de Belle-Ile-en-Mer s'opposent à l'installation, dans le clocher de l'Eglise, d'une antenne 3G et 4G de l'opérateur de téléphonie Free.


Derrière les abat-sons du clocher

En octobre 2020, le conseil municipal avait signé un contrat de bail avec l'opérateur pour améliorer la couverture réseaux autour de la commune, considérée comme une zone grise. Selon le dossier d'information consultable en mairie, l'opérateur propose d'installer huit antennes panneau et deux faisceaux hertziens derrière les abat-sons du clocher de l'église.


École et crèche à proximité

Se crée alors un collectif pour s'opposer au projet. Il regroupe des habitants de Bangor, et notamment des parents d'élèves de l'école maternelle et primaire, ainsi que des enseignants. Le clocher convoité se situe à 22 mètres de l'école, et à moins de 100 mètres de l'unique crèche de l'île. Selon ce collectif, le projet d'antenne doit prendre en considération le risque lié aux champs électromagnétiques, dont on connait mal les conséquences sur la santé.

Nous ne sommes pas du tout entendu par notre maire, alors que des familles envisagent de retirer leur enfant de l'école à la rentrée prochaine.

Jessica Arfuso, membre du Collectif contre l'antenne-relais dans le bourg de Bangor

 

A l'appui, les opposants citent un rapport publié en 2016 par l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail, préconisant une plus grande prudence vis-à-vis des enfants. Ces derniers pourraient se révéler plus vulnérables que les adultes, du fait de leur petite taille et de la phase de croissance que connait leur cerveau.

 

Réglementation inadaptée?

La lettre ouverte adressée en recommandé le 26 mai 2021 à Xavier Niel, fondateur et actionnaire majoritaire de Free, sollicite l'application du principe de précaution, en demandant l'installation de l'antenne-relais en dehors du bourg, dans la campagne.

 

La nacelle garée devant l'église de Bangor, le 25 juin 2021
La nacelle garée devant l'église de Bangor, le 25 juin 2021 © DR

Comme souvent, les protestations contre les risques liés aux ondes buttent sur la norme en vigueur, fixée par le décret du 3 mai 2002, et jugée insuffisamment protectrice pour la santé. Certaines réglementations d'autres pays européens se montrent plus prudentes.


Réunion mi-juin

Sollicitée, la mairie de Bangor a refusé de s'exprimer. Une réunion est prévue le 16 juin en mairie, en présence de la maire, de l'assocation de parents d'élèves et de l'équipe pédagogique de l'école, et de représentants du Collectif contre l'antenne-relais dans le bourg de Bangor. D'ici là, l'installation de l'antenne-relais pourrait avoir grandement avancé. La nacelle qui s'active depuis une semaine au pied de l'église devra alors reprendre le bateau, pour son retour sur le continent.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société téléphonie économie éducation