"C'est une certitude, le virus est d'origine naturelle" : Olivier Lepick, maire de Carnac et chercheur

Olivier Lepick, maire de Carnac (Morbihan) et chercheur associé à la Fondation de la recherche stratégique (FRS) veut tordre le cou à cette information, selon laquelle le coronavirus aurait été créé par un laboratoire de Wuhan. Il déclare, avec certitude, que le virus est bien naturel.

Olivier Lepick, maire de Carnac (56) est également chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique.
Olivier Lepick, maire de Carnac (56) est également chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique. © Maxppp

Le SARS-CoV-2, nom savant du coronavirus, aurait-il été créé par l'homme dans un laboratoire de Wuhan ? L'information circule depuis quelques jours dans plusieurs pays, comme aux Etats-Unis ou en France, suscitant la controverse. Ce laboratoire P4 manipule sous haute sécurité les virus les plus dangereux au monde

Pour le maire de Carnac, chercheur associé à la Fondation de la recherche stratégique (FRS) et spécialiste des armes chimiques et biologiques, la réponse est non.
 

Il y a plusieurs travaux scientifiques sur le séquençage génétique de ce virus qui s'accordent à dire, avec certitude, que ce virus est d'origine naturelle. Il n'a pas été fabriqué.


"J'en réfère notamment à une étude publiée en mars dans la revue scientifique Nature, qui démonte de manière indubitable cette théorie", ajoute Olivier Lepick.

"Il y a eu suffisamment de pandémies d'origine chinoise ces dernières années comme le Sras ou le MERS-CoV (*) pour constater que les mutations naturelles sont assez régulières dans ces environnements où les hommes vivent à proximité d'animaux. Donc, je ne vois pas en quoi cette théorie de manipulation en laboratoire serait plus plausible qu'une mutation naturelle du virus."

Franceinfo s'est également penché sur la question
 
 

Le virus a-t-il pu s'échapper du laboratoire ? 


Dans un article, le quotidien américain The Washington Post évoque également la piste d'une fuite du virus par défaut de sécurité du laboratoire, émettant l'hypothèse qu'un employé aurait été infecté et l'aurait transmis en dehors. 

Sur ce point, Olivier Lepick est aussi très réservé. "La théorie est plausible, mais il n'y a pas ne serait-ce qu'un début de preuve."

Il note également que cette hypothèse apparaît "à un moment opportun pour Donald Trump, chahuté par l'opinion publique pour sa gestion de la crise notamment. On constate que sa stragéie depuis quelque jours est de faire diversion sur sa responsabilité en accusant tour à tour l'Organisation Mondiale de la Santé, les Etats démocrates qui pratiquent le confinement et aujourd'hui, la Chine," indique le maire de Carnac, avant de conclure : "pour l'instant, ce n'est que de la science-fiction". 


(*) Le Sras, syndrome respiratoire aigu sévère, est parti de Chine fin 2002 et a éclaté au niveau mondial en 2003. Le MERS‐CoV, coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, a été détecté pour la première fois en 2012 en Arabie saoudite.

 
Qu'est-ce que la Fondation de recherche stratégique ?

La Fondation est reconnue d'utilité publique. Elle a pour missions d’analyser les problèmes de stratégie et de sécurité internationale, notamment les questions militaires et de défense, et de contribuer au débat stratégique en France ainsi qu’au rayonnement des idées françaises à l’étranger.

Son expertise (54 chercheurs dont 22 permanents), couvre l’ensemble des questions de sécurité et de défense, de l’analyse des rapports de forces internationaux aux questions scientifiques, technologiques et opérationnelles, en passant par l’économie et l’industrie de défense, l’analyse des menaces transverses (terrorisme, cyber, prolifération…) ainsi que les risques sanitaires et environnementaux.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société recherche sciences