“C'était un idéaliste” confie la mère du gendarme mort dans les attaques terroristes dans l'Aude

Une image du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame attachée à un bouquet de fleurs déposé devant la gendarmerie de Carcassonne - 25/03/2018 / © AFP - E. Cabanis
Une image du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame attachée à un bouquet de fleurs déposé devant la gendarmerie de Carcassonne - 25/03/2018 / © AFP - E. Cabanis

Nicolle Nicolic-Beltrame, la mère du gendarme décédé suite à l'attentat de Trèbes, a tenu à évoquer le souvenir de son fils Arnaud. Un hommage national lui sera rendu mercredi. De même, le village de Trédion dans le Morbihan, où réside sa mère, honorera sa mémoire dans les jours à venir.

Par Thierry Peigné

La cérémonie d'hommage national au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui s'est substitué à une otage lors de l'attentat contre le supermarché de Trèbes (Aude), aura lieu mercredi à 11h30 aux Invalides à Paris, a annoncé l'Élysée ce lundi 26 mars. La cérémonie d'hommage aura lieu en présence de la famille du gendarme ainsi que celles des trois autres victimes des attaques terroristes de l'Aude. Emmanuel Macron y prononcera un éloge funèbre précise le communiqué de l'Élysée.

"Qu'il ne soit pas mort pour rien"

Nicolle Nicolic-Beltrame, la mère du lieutenant-colonel de gendarmerie sera présente aux Invalides pour cet hommage national. Dans une interview réalisée dimanche, elle explique y être favorable au micro de LCI : "Je le souhaite surtout pour le symbole que ça va apporter ... (pour montrer) qu'on a pas décidé en France de se laisser faire ... pour que ça réunisse tout le monde et qu'il ne soit pas mort pour rien".

Pour Nicolle Nicolic-Beltrame, il ne faut pas que le geste de bravoure de son fils reste vain et qu'il soit un exemple pour tous : "On a envie que son geste serve. Effectivement, on pourrait aussi dire que lorsque des gens se font agresser dans le métro, dans des trains, et tout ça ... si les gens se mettaient à plusieurs et si on cessait d'être dans cette passivité, on s'en sortirait peut-être mieux. Être citoyen tout simplement!"

"Arnaud ne supportait pas la médiocrité"

Dans cet entretien, cette femme qui réside en Bretagne à Trédion près de Vannes ainsi qu'une partie de la famille du gendarme, explique comment elle a appris vendredi que son fils avait été grièvement blessé par le djihadiste. Partie au plus vite du Morbihan pour se rendre à Carcassonne, c'est vers 5h du matin samedi, alors qu'elle était à hauteur de Bordeaux en voiture qu'elle a appris le décès de son fils.


Pour cette mère de famille, rien d'étonnant dans le geste héroïque de son fils. "C'était un idéaliste, un fonceur. Il parlait toujours d'idéal. Arnaud ne supportait pas la médiocrité. Il voulait toujours aller encore plus loin, plus vite, plus fort. C'était sa raison de vivre". Et d'ajouter : "C'était évident qu'il allait agir. Il voulait toujours aller plus haut."
 

Un hommage rendu à Trédion

Au-delà de l'hommage national de ce mercredi à Paris, de multiples hommages ont déjà été rendus au lieutenant-colonel Beltrame dans le Morbihan depuis sa mort. Ce dernier devait se marier religieusement dans la petite commune de Trédion en juin prochain.


Dans le village de Trédion, ce lundi soir, une réunion est organisée pour préparer un hommage et déterminer sous quelle forme et quand la commune devrait honorer la mémoire du héros.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus