Cambriolage aux Restos du Cœur d'Auray : “On est épuisés, on n'a plus envie de travailler mais la vie continue”

Les bénévoles des Restos du cœur d'Auray dépités après le cambriolage de leur centre. / © DR
Les bénévoles des Restos du cœur d'Auray dépités après le cambriolage de leur centre. / © DR

Dans la nuit du lundi 30 au mardi 31 décembre, le centre des Restos du Cœur d’Auray a été cambriolé. C’est la troisième fois depuis cet été.
 

Par Juliette Vincent-Seignet


Après le cambriolage du mois d’août et celui de septembre, le centre avait "anticipé" et investi dans une alarme. Et c’est grâce au déclenchement de celle-ci hier soir, que les voleurs ont pris peur et sont partis avec un maigre butin.

"20 kilos de mille-feuilles, dix kilos de galettes des rois et une dizaine de kilos de pommes de terres ont été dérobés", nous détaille Nathalie Rech, la responsable du centre. Des denrées qui représentent toutefois une semaine de produits en moins pour les 600 bénéficiaires du centre.

Rapidement avertie, Nathalie Rech est arrivée sur les lieux vers 23 h 15, suivie de la gendarmerie. Elle n'a pu que constater : la porte d’entrée fracturée, une vitre brisée. "A mon avis, les voleurs ont fait ça par rage, avec l’alarme, ils n’ont pas eu le temps de voler grand-chose et ont jeté le verrou sur la vitre en sortant".


Une fin d'année difficile pour les Restos du coeur 


Un incident qui arrive alors que les Restos du Cœur peinent à recevoir des dons en cette fin d’année. "On est épuisés, fatigués. On n’a plus envie de travailler… mais la vie continue", relativise la responsable du centre.

Cet après-midi, les bénévoles étaient présents pour accueillir les bénéficiaires. "On accueille les gens avec le sourire, la bienveillance, sans leur faire part des soucis que l’on a pu avoir. Notre souci est bien minime par rapport au leur", ajoute Nathalie Rech.

Malgré les difficultés, la centaine de bénévoles du centre garde le sourire. Pour rappel, une distribution a lieu tous les jours de 13 h 30 à 18 h sauf le mercredi. "C’est difficile au niveau des denrées, au niveau financier… Ce qui nous manque beaucoup ce sont des gâteaux, des boites de conserve de légumes et des légumes frais.. du café aussi", détaille Nathalie Rech.

Les dons sont donc plus que bienvenus, tant au niveau régional que national.

Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie. L'enquête est en cours. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus