Contamination des huîtres: le département du Morbihan propose des aides financières à "l'Aqta",la communauté de communes

Au lendemain de la mobilisation des ostréiculteurs du pays d'Auray, suite à la contamination de leurs huîtres par le virus de la gastro-entérite, le département du Morbihan propose son soutien financier à l' intercommunalité du pays Auray Quiberon/Terre Atlantique .

Dans un communiqué, le département précise "qu'il s'agit d'amplifier les efforts en matière d'assainissement". Car c'est ce que demande la profession en pleine crise, suite à l'interdiction de commercialisation des huîtres sur huit zones de production contaminées par le virus. 
Mercredi, plus de deux cents manifestants ont déversé des coquilles d'huîtres vides, devant le siège del' AQTA, la communauté de commune à Auray, demandant la remise en état et des contrôles renforcés des réseaux d'assainissement et des stations d'épuration , par lesquels circulent les eaux usées et les eaux de pluies qui finissent à la mer, chargées du virus incriminé.

La situation est tendue. Les ostréiculteurs ont demandé un  plan Marshall  auprès de la Préfecture et une délégation de tutelle sur la gestion de l'assainissement , accusant la communauté de communes de manquements en la matière .

Ce jeudi, le département du Morbihan tente de dénouer en partie le dossier. Karine Bellec, conseillère départementale du canton de Quiberon et présidente de la commission en charge de l'environnement , a évoqué la question avec le président François Goulard pour soutenir les efforts en matière d’assainissement. Si ceux-ci sont de la compétence de l’intercommunalité, elle a cependant souhaité que le département puisse accompagner celle-ci, notamment pour le projet de station d’épuration prévue à Locoal-Mendon.Le président François Goulard lui a fait part de son accord, lui indiquant qu’il proposerait lors d’une prochaine commission permanente que soit votée, au bénéfice d’AQTA, une subvention pour ce projet à hauteur de 30 %, soit 1 million d’euros. D’autres projets sont envisagés par AQTA, le président a proposé à Karine Bellec que ceux-ci puissent faire l’objet d’un examen rapide au sein de sa commission.