• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Mort d'un nouveau-né à Surzur (56) : la mère mise en examen et incarcérée

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

À la suite de la découverte, à Surzur le 27 octobre 2018, du corps sans vie d’un nouveau-né, dans une maison d'habitation, une enquête a été confiée à la gendarmerie de Vannes. La mère du nouveau-né a été mise en examen et incarcérée. 

Par Krystell Veillard


La mère du nouveau-né, qui a déclaré avoir fait un déni de grossesse, a été mise en examen sous la qualification de meurtre de mineur de moins de 15 ans, et placée en détention provisoire, ce mercredi 31 octobre, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte par le parquet de Lorient. Le parquet de Vannes s’étant en effet dessaisi de la procédure au profit du parquet de Lorient, en vue de l’ouverture d’une information judiciaire au pôle criminel du tribunal de grande instance de Lorient.
 

Découverte du corps d'un nourrisson, né vivant

Le 27 octobre dernier, les secours avaient été appelés au domicile de cette famille de Surzur, à une quinzaine de kilomètres de Vannes. Les médecins avaient alerté la gendarmerie, soupçonnant un accouchement. C'est lors de la perquisition que les gendarmes ont découvert le corps sans vie d’un nouveau-né, caché dans la maison. La mère, d'une quarantaine d'années, était présente avec ses deux enfants d'une dizaine d'années. Le père était en déplacement. L'enquête a été confiée à la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Vannes.
 

L’autopsie, réalisée le lendemain, établissait que l’enfant était né vivant, "sans qu’il soit possible de préciser avec certitude les circonstances exactes de son décès à ce stade des investigations", précise François Touron, procureur de la République de Vannes.
 

Déni d'une grossesse, ignorée par le mari

La mère de l’enfant, hospitalisée, a été placée en garde à vue le 29 octobre, à l’issue de son hospitalisation. Au cours de ses auditions, cette mère, qui vit avec son mari et leurs deux enfants, "a déclaré avoir fait un déni de grossesse, avoir été inconsciente au moment de l’accouchement à la suite d’un malaise et, par la suite, avoir décidé, dans la panique, de cacher l’accouchement en dissimulant le corps de son enfant". Le procureur explique par ailleurs que "l’enquête a révélé que son mari ignorait sa grossesse et qu’aucun suivi médical de grossesse n’était en cours".
 

 

 

Sur le même sujet

Exposition War à la Courrouze

Les + Lus