Cet article date de plus de 5 ans

Les anciens paludiers de Saint-Armel font appel au financement participatif pour rebondir

Après plusieurs années de conflit avec le Conseil général, propriétaire des terrains sur lesquels se situe la saline du Lasné, Olivier et Audrey Chenelle avaient dû se résoudre à quitter les lieux au mois d’octobre. Pour finalement s'installer à quelques kilomètres de là…
Après avoir définitivement tournée la page des salines de Saint-Armel, Audrey et Olivier Chenelle se sont lancé dans un nouveau défi à Sarzeau.
Après avoir définitivement tournée la page des salines de Saint-Armel, Audrey et Olivier Chenelle se sont lancé dans un nouveau défi à Sarzeau. © Stéphane Izad
À Saint-Armel, le conflit entre le Conseil général, propriétaire de la saline de Lasné, et le couple de paludiers qui l’exploitait, a pendant de longues années défrayé la chronique. Malgré une forte mobilisation locale, Audrey et Olivier Chenelle avaient dû se résoudre à jeter l’éponge et cesser leur activité au mois d’octobre 2015. Depuis, le couple s’est installé à quelques kilomètres de leur ancien lieu de travail, sur la commune de Sarzeau où Audrey et Olivier Chenelle ont décidé de réhabiliter 6 à 7 hectares d’anciens marais salant abandonnés depuis plus de 60 ans. "Ce sont les plus anciens du golfe du Morbihan. Ils ont été créés au 15ème siècle".

Le 5 août prochain, les paludiers vont signer un bail emphytéotique d'une durée de 25 ans avec le propriétaire du marais qui lui est privé. Mais depuis le 18 juillet, les travaux de gros œuvres ont d’ores et déjà débutés. Des pelleteurs guérandais, spécialisés dans la remise en état de marais salants, s’activent, des travaux prévus de durer deux mois pour un coût de 46 000 €"On repart à zéro ici, sans un centime, car on n’a pas eu un euro de dédommagement du conseil départemental pour tout le travail accompli à Lasné pendant douze ans", expliquent-ils.

Deux pelleteuses en provenance de Guérande sont à pied d'oeuvre depuis le 18 jullet
Deux pelleteuses en provenance de Guérande sont à pied d'oeuvre depuis le 18 jullet © Saline de Truscat

Pour mener à bien, leur nouveau projet, les anciens paludiers de Saint-Armel espèrent mobiliser autant qu’ils l’avaient fait quand ils se sont fait expulser de la saline de Lasné en faisant appel au financement participatif. Une souscription a été lancée sur internet et directement sur les marchés de la presqu’île de Rhuys. "Ce que nous voulons, c’est poursuivre le travail accompli à Saint-Armel d’un point de vue écologique, éducatif et ludique. Nous recevrons des visiteurs qui pourront déambuler en toute sérénité sur ce lieu dédié à la nature, comme l’était la saline de Saint-Armel."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie