• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

À Lorient les goélands raffolent de vos sandwichs !

Dix secondes suffisent pour qu'un goéland repère un sandwich "abandonné"... / © Mathieu Beaudoin
Dix secondes suffisent pour qu'un goéland repère un sandwich "abandonné"... / © Mathieu Beaudoin

Au Lorient, sur l'heure de midi, à l'occasion de la pause déjeuner, les amateurs de sandwichs et autres repas pris sur le pouce ont pris l'habitude de se méfier d'eux. Une poignée de goélands peu craintifs qui en une fraction de seconde s'en vienne chiper votre repas. Des oiseaux très organisés...

Par Eric Nedjar

Avec l'arrivée des beaux jours, à l'heure du déjeuner, il est agréable de s'installer au soleil, sur un banc, son repas avec soi. À Lorient, de drôles d'oiseaux l'ont bien compris qui n'hésitent plus à s'inviter à vos dépens. Ce dont ils raffolent tout particulièrement, se sont les sandwichs et autres viennoiseries qu'ils n'hésitent pas à venir vous chiper en se posant sur votre épaule par-derrière sans que vous ne l'ayez entendu venir.

Cela surprend forcément. Et vous en êtes quitte à retourner vous racheter de quoi manger. À croire que les sandwicheries et autres boulangeries du centre de Lorient sont de mèche avec eux.

Eux, ce sont une poignée de goélands argentés bien connus des Lorientais.

##fr3r_https_disabled##
Un sujet de Manon Le Chapentier et Mathieu Beaudoin
Des victimes des goélands témoignent. Rencontre avec Matthieu Fortin, ornithologue chargé de mission à Bretagne Vivante.

Le goéland argenté est un oiseau marin très répandu sur les côtes de la Manche et de la Mer du Nord. Il se nourrit de tout : mollusques, oiseaux, cadavres, déchets de pêche et déchets ménagers. C'est une espèce à la fois protégée parce qu'il contribue à la biodiversité, mais que Lorient tente de chasser de son centre-ville pour les nuisances (sonore et les déjections) qu'elle occasionne. En 2012, la mairie faisait état d'une estimation d'environ 2 500 couples sur son territoire.

 

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus