Après la tentative d'intrusion de manifestants sur le site du futur parc éolien de Lanouée, les gendarmes toujours sur place pour éviter l'installation d'une ZAD

Publié le Mis à jour le

Une centaine de personnes a protesté hier samedi 12 février, contre le site éolien de la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. La manifestation a dégénéré en affrontements entre forces de l'ordre et manifestants, alors que ceux-ci tentaient de s'introduire sur le site. Des dégâts ont été commis. Des gendarmes sont toujours sur place et resteront le temps nécessaire pour éviter qu'une ZAD ne s'installe sur les lieux.

Environ 100 manifestants d’un collectif anti-éolien se sont retrouvés, samedi 12 février, à Lanouée, à 13 h 30, pour une manifestation non déclarée. Ils se sont rendus sur le chantier du parc de 17 éoliennes en cours de construction au cœur de la forêt de Lanouée. 

Pour rappel, le Conseil d’État a validé, en avril 2021, l’autorisation du projet de ce parc éolien avec ses 17 aérogénérateurs d’une hauteur de 185 mètres, prévu pour s’implanter sur le territoire de la commune des Forges (56). 

Une trentaine de gendarmes ont été dépêchés sur place pour éviter des dégradations de matériel. Des grilles de sécurité ont été arrachées et des rebus brulés. Alors que le groupe tentait de pénétrer sur le site, des projectiles ont été lancés de part et d’autre,  jets de pierre contre jets de gaz lacrymogènes.

Les manifestants s'en sont pris aux infrastructures. Face aux jets de projectiles, on a été obligé de faire usage de la force pour défendre les installations. On a réussi à les contenir mais ils se sont installés à proximité avec des barricades de fortune et la volonté semble-t-il de vouloir s'installer.

Frédéric Monpierre, chef d'escadron gendarmerie de Ploërmel

Eviter l'installation d'une Zone à Défendre

Un hélicoptère est arrivé sur zone pour survoler les lieux durant une heure hier soir. Ce dimanche, une 40e de gendarmes était encore mobilisée sur place pour faire des rondes et empêcher qu'une ZAD ne s'installe.

De son côté, la Société Boralex, dont dépend le site nous a confirmé les évènements d'hier. 

C'est une situation que nous prenons très au sérieux.

Société Boralex

La gendarmerie a conseillé à l'entreprise de porter plainte.