Lanester : vives tensions après l'installation de gens du voyage sur des prairies

A Lanester, dans le Morbihan, des gens du voyage campent sur une pâture destinée à des vaches laitières. Les propriétaires, victimes pour la 3e fois de ces installations sauvages en appellent aux pouvoirs publics. Une réflexion globale s'avère primordiale pour trouver une solution pérenne.

A Lanester au lieu-dit Kermen, une cinquantaine de personnes de la communauté des gens du voyage a installé ses caravanes sur des pâturages contre l'avis des propriétaires.
A Lanester au lieu-dit Kermen, une cinquantaine de personnes de la communauté des gens du voyage a installé ses caravanes sur des pâturages contre l'avis des propriétaires. © Isabelle Rettig - France Télévisions

Des caravanes au milieu des vaches ! Vendredi 4 juin, une trentaine de caravanes des gens du voyage s’est installée sur une prairie d’Emmanuelle et Pierre-Yves Le Bozec à Lanester dans le Morbihan.

"Vendredi soir, j’étais en train de faire mon travail. Quand j‘ai levé la tête, j’ai vu que la route était remplie de caravanes. Il y en avait une bonne vingtaine, se souvient l’agricultrice."

C’est la troisième fois en quatre ans que le couple de producteurs laitiers voit ses terres occupées par des gens du voyage. Pierre-Yves Le Bozec, exaspéré, a porté plainte dès le lendemain, le samedi 5 juin. Mais depuis rien.

Le pâturage détruit

Ce mardi 8 juin, le champ est toujours occupé. "On a réussi à les canaliser sur 1.5 hectare, alors qu’ils comptaient s’installer sur les 4 ha de la parcelle, explique Pierre-Yves Le Bozec. Mais cette herbe très riche de pâture était en pleine pousse et elle est détruite."

Le producteur laitier témoigne de l’agressivité avec laquelle s’est déroulée l’arrivée des gens du voyage : "Quand j’ai voulu leur bloquer le passage, ils ont continué à avancer en voiture et à pousser sur mes jambes." 

Les prairies de Kermen sont proches du Blavet et de la voie express
Les prairies de Kermen sont proches du Blavet et de la voie express © Google Maps


Pierre-Yves Le Bozec raconte aussi comment les fils de la clôture ont été coupés pour pouvoir accéder au terrain : "C’est l’électricité qui court sur toutes les clôtures de mes prairies, donc plus aucune n’était alimentée. Heureusement que les 60 vaches qui paissaient sont calmes car tout près il y a une ligne de chemin de fer, une voie express, la ville et le fleuve, le Blavet."

Un dialogue qui s'est détérioré

Le maire de Lanester, Gilles Carréric, venu sur place n’a pu que constater l’installation de la cinquantaine de personnes de la communauté des gens du voyage : "C’est très difficile de discuter avec des groupes de gens du voyage. Il y a encore quelques années, il y avait un chef de camp qui était notre interlocuteur, mais c’est fini. Maintenant, quand vous arrivez sur un campement, quatre ou cinq personnes arrivent sur vous et entrent dans un rapport de force. C’est à l’image de l’évolution de la société."

Pourtant l’agglomération de Lorient dispose de terrains d’accueil pour les gens du voyage. "Mais ils ne voulaient pas y aller", poursuit Gilles Carréric.

Une situation sous tension depuis plusieurs années

Le problème d’implantations sauvages est récurrent et a déjà conduit à de fortes tensions. Et en ce début d’été, alors que les caravanes transhument des campements hivernaux vers les campements estivaux, habitants et élus craignent de revivre des situations difficilement supportables.

"L’été 2020 a été extrêmement compliqué, raconte le maire de Lanester, des caravanes ont occupé un centre de loisirs pour les enfants. Je n’ai pas pu l’ouvrir deux mercredis et la première semaine des vacances."
L’élu rapporte encore comment une personne lourdement handicapée et son époux ont été brutalisés. Un épisode qui a fortement marqué les esprits dans la région. "Alors ce matin au marché, tout le monde ne parlait que de cette installation sur les terres des Le Bozec", s’inquiète le maire.

Des familles nomades du territoire

Ces gens du voyage sont des familles du pays de Lorient. L’été, elles campent sur des terrains en herbe et l’hiver sur des sols en dur, à l’instar de parkings. Habituellement, la préfecture du Morbihan compte entre 200 et 350 caravanes sur l’agglomération de Lorient, mais durant l’été 2020 ce chiffre est monté à 800.

"Faire venir les forces de l’ordre n’est qu’une solution à très court terme, s’alarme Gilles Carréric. Ça déplace le problème de quelques kilomètres. On ne fera pas l’économie d’une réflexion globale sur le sort de ces populations."

En attendant, ces discordes exacerbées pourraient conduire à de graves violences. Pierre-Yves Le Bozec assure que si son terrain n'est pas évacué, lui et des amis paysans pourraient intervenir. Ce mardi, la préfecture du Morbihan a mis en demeure les gens du voyage de quitter le terrain de la famille Le Bozec. Une réunion est prévue jeudi 10 juin entre les services de la préfecture, la présidente de la FDSEA du Morbihan et la chambre d'agriculture du Morbihan pour que l'occupation de terres agricoles cessent.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie gens du voyage société violence faits divers