Morbihan : un mineur de 17 ans tue son père à coups de couteau à Ploeren

Alcoolisé, un jeune homme s'est rendu dans la nuit du 5 au 6 juin au domicile familial où son père vivait seul. Il lui a porté plusieurs coups de couteau, avant de prévenir les gendarmes. A leur arrivée la victime était décédée. Un drame sur fond d'alcoolisme et de violences conjugales.

© Bruno Van Wassenhove/France Télévisions

Le 5 juin 2021, aux environs de 23 h 30, un mineur de 17 ans a informé par téléphone les services de la gendarmerie nationale qu’il venait de tuer son père à coups de couteau au domicile familial situé sur la commune de Ploeren, dans le Morbihan.
 
Arrivés sur place où le mineur les attendait, les gendarmes ont découvert le corps sans vie de la victime, qui présentait de multiples blessures par arme tranchante.
 
Immédiatement interpellé et placé en garde à vue, le mineur, dans un état d’alcoolisation important, a confirmé avoir volontairement tué son père de plusieurs coups de couteau.

Selon le procureur de la République de Vannes François Touron, l’enquête a permis d’établir que le jeune homme s’était alcoolisé lors d’une soirée festive avant de se rendre au domicile familial où son père vivait seul depuis plusieurs semaines. Arrivé sur place, il s’est muni de deux couteaux dans la cuisine et a réveillé son père qui dormait dans sa chambre avant de lui porter les coups de couteau.
 
L’autopsie réalisée ce lundi 7 juin a confirmé que la victime était décédée des suites d’une hémorragie massive consécutive à des blessures multiples par arme tranchante.


Une enquête pour des faits de violences conjugales était en cours

Le mineur a expliqué avoir voulu mettre un terme au comportement agressif et violent de son père sur fond de problématique alcoolique, et à la souffrance que ce comportement engendrait pour sa famille.

Une enquête pénale avait été diligentée le 12 mai 2021 par la gendarmerie à la suite de la plainte de l’épouse de la victime – et mère du mis en cause – pour des faits de violences conjugales. Cette enquête était en cours. L’épouse et ses deux enfants avaient depuis quitté le domicile conjugal.


Une vidéo de la scène de crime retirée des réseaux sociaux

Il est également apparu que, sitôt les faits commis, le mineur avait diffusé une vidéo de la scène de crime sur les réseaux sociaux, à une quarantaine de destinataires.

Les services techniques de la gendarmerie ont immédiatement été mobilisés pour faire retirer cette vidéo des réseaux sociaux. Une cellule de soutien psychologique a par ailleurs été mise en place dès le lendemain au bénéfice des destinataires de cette vidéo et de leurs parents par l’Etablissement Public de Santé Mentale (EPSM) de Saint-Avé.

Le pôle criminel du parquet de Lorient a été saisi ce jour en vue de l’ouverture d’une information judiciaire pour meurtre sur ascendant.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société