Lorient, Jean Yves Le Drian en visite au port de pêche

Jean-Yves Le Drian était en visite à Lorient ce lundi 4 janvier 2021. L’ancien député-maire de Lorient, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères et également en charge des questions européennes a débuté sa visite par Keroman, le port de pêche, avec en toile de fond le Brexit.

Le ministre JeanYves Le Drian rencontre les pêcheurs à Keroman
Le ministre JeanYves Le Drian rencontre les pêcheurs à Keroman © I. Rettig - France Télévisions

Jean-Yves le Drian s'est rendu ce matin auprès des pêcheurs et des mareyeurs de Lorient. Au cœur de sa visite : l’après-Brexit et les nouvelles conditions de pêche pour les bateaux bretons, dont ceux de la Scapêche (la Société Centrale des Armements des Mousquetaires à la pêche) qui est le premier armateur de pêche fraîche en France. L'occasion pour le ministre des Affaires Etrangères, accompagné de Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des affaires européennes, de rappeler que l'accord conclu allait dans le bon sens mais que la France et ses partenaires européens resteraient vigilants.
 

La pèche a été le dossier le plus épineux du Brexit, et même si un accord a été trouvé, tout n'est pas réglé

A Lorient, premier port de pêche breton, l'accord conclu avec les britanniques a été vécu avec soulagement. Ici à Keroman 70% des bateaux pêchent dans les eaux britanniques et pourront continuer à le faire moyennant tout de même une baisse de 25 % des quotas d'ici 2026. Un soulagement pour la Scapêche même si tout n'est pas réglé comme les taux de capture par espèces et par zone de pêche.  

Les mareyeurs inquiets sur les délais de livraison du poisson

Quotas, passages en douanes, lourdeurs administratives, beaucoup de points restent flous et du côté des mareyeurs on s'inquiète du retard des livraisons de poissons en provenance de l'Angleterre. Ce matin par exemple, le cabillaud est arrivé avec trois heures de retard chez un mareyeur qui a rencontré le ministre. Et ni les acheteurs ni les vendeurs ne semblent connaître le temps nécessaire au transport du poisson de l'Angleterre vers la France, comme les divers papiers à fournir aux admnistrations des deux pays. 

Y a t-il un risque de friction entre les pêcheurs des deux camps?

Et puis les Français le savent, les pêcheurs britanniques n'ont pas vraiment apprécié l'accord conclu avec les européens qui ne les avantage pas autant qu'ils l'auraient souhaité. Alors ils espèrent que ces accords vont se mettre rapidement en oeuvre pour éviter toute friction en mer entre les pêcheurs des deux pays.

Un ministre rassurant

Lors de son interview le ministre s'est voulu rassurant. "Nous tiendrons dans trois mois une réunion avec un point trés précis sur les difficultés potentielles rencontrées et la manière de les resoudre et verifier si le soutien et l'aide que legouvernement apporte à la filière pêche dans toute sa dimension est bien au rendez-vous".

L'Etat s'est également engagé à octroyer aux pêcheurs impactés par le brexit jusqu'a 30 000 euros d'aides. Un plan d'accompagnement sur le long terme sera aussi mis en place. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie brexit international politique