Violences faites aux femmes : ouverture d'une permanence d'accueil dans un centre commercial à Lorient

C'est le premier centre d'accueil de ce type en Bretagne. Professionnels et bénévoles du Centre d'information des femmes et des familles (CIDFF) et de Sauvegarde 56 sont à l'écoute des victimes, en toute discrétion, dans un centre commercial et dans le respect des gestes barrières.
© Pierre HECKLER / MAXPPP

"La crise sanitaire et le confinement à domicile que nous connaissons est un terreau malheureusement propice pour générer des violences conjugales" indique un communiqué de la Préfecture du Morbihan. Dans ce même communiqué est annoncée la création d'une permanence dédiée à l'accueil de femmes victimes de violences, un dispositif voulu par Marlène Schiappa.

"En complément des dispositifs locaux existants et afin de renforcer les réponses de proximité, le Secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes a souhaité rendre possible l’ouverture de points d’accompagnement dans les centres commerciaux, à destination des femmes victimes de violences conjugales", rappelle le communiqué.
   

Une première en Bretagne


Le centre d'accueil est situé dans l'enceinte du centre commercial K2 à Lorient, dans le quartier de Keryado, de Lorient. Il est ouvert depuis le 24 avril, un jour sur deux, le lundi, mercredi et vendredi (de 9h à 12h et de 14h à 17h). "Un dispositif qui pourrait se poursuivre au-delà de la fin du confinement" précise la préfecture.

Des professionnels et des bénévoles du Centre d'information des femmes et des familles (CIDFF) et de Sauvegarde 56 sont à l'écoute des victimes. L'entretien est confidentiel, et se tient dans le respect des gestes barrières. Ce dispositif a pu voir le jour "grâce à l'engagement des acteurs locaux de la lutte contre les violences faite aux femmes" précise le communiqué.

Cette permanence est la seule de ce type créée en Bretagne, mais d’autres centres commerciaux morbihannais se sont mobilisés, comme à Ambon ou à Vannes. Au travers de différentes actions (affichage, inscription des numéros d'urgence sur les tickets de caisse, diffusion de messages audio au cours de la journée), ils contribuent actuellement de manière significative au renforcement de l’accès à l’information des personnes victimes de violence.​​​​​​ - Préfecture du Morbihan


Au niveau national, 5 391 places d’hébergement sont aujourd’hui dédiées aux femmes victimes de violences. À ces places, se sont ajoutées 1 000 places créées à la suite du Grenelle contre les violences conjugales, qui vont se traduire en Bretagne, par la création imminente de 82 nouvelles places, dont 37 dans le Morbihan.

 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence conjugale société