Malansac : quand Valéry Giscard d'Estaing s'invite en 1976 à la table d'une famille d'agriculteurs

Il fut le premier président de la République à venir au contact des Français et à s'inviter "à la bonne franquette" pour discuter avec eux. En 1976, il avait dîné avec une famille d'agriculteurs de Malansac (Morbihan), pour évoquer leurs difficultés en cette année de sécheresse exceptionnelle.
Un couple d'agriculteur de Malansac (Morbihan) après leur rencontre avec le Président Valéry Giscard d'Estaing dans leur ferme - 4/09/1977
Un couple d'agriculteur de Malansac (Morbihan) après leur rencontre avec le Président Valéry Giscard d'Estaing dans leur ferme - 4/09/1977 © FTV
C'était le vendredi 3 septembre 1976. Valéry Giscard d'Estaing et son épouse Anne-Aymone arrivent en toute simplicité, sans la présence de la presse, pour dîner avec la famille Echelard, installée dans une ferme où ils élèvent des bovins. A cette époque, le contexte est délicat pour la profession, car la sécheresse sévit et les animaux ont manqué d'eau et d'herbe dans les champs tout l'été. 

Ce n'est sans doute pas par hasard si le couple présidentiel choisit de rendre visite à Bernard Echelard, nous a confié l'un de ses fils, qui aujourd'hui a repris l'exploitation.

Mon père était très impliqué dans le monde agricole. Il a lui même été chercher de la paille dans la Beauce lors de la sécheresse de 1976, pour alimenter en partie la région Bretagne, avec un contingent de l'armée. Ils sont revenus en train et en camions, afin de pouvoir nourrir les bêtes affamées.

Christophe Echelard, éleveur


A table : langoustines, volaille, haricots verts, fromage et gâteau breton 


Nos confrères du Monde (article pour abonnés) recueille à l'époque le témoignage du couple, après la visite.

Des voisins et parents se sont joints aux hôtes du président de la République et de son épouse pour partager le menu préparé par Mme Echelard : langoustines à la mayonnaise, volaille, haricots verts, fromage et gâteau breton.

Bernard Echelard précise, après le départ du couple présidentiel : "Nous avons parlé de la sécheresse, et rien que de la sécheresse. Nous n'étions que des agriculteurs face au président de la République, alors nous avons pu exposer nos problèmes. M. Giscard d'Estaing les connaissait très bien, nous lui avons apporté quelques détails. Tout le monde a participé à la conversation. Mes cinq enfants n'étaient pas du tout intimidés. Ils ont parlé de leur vie scolaire. " 

Les journalistes de FR3 se rendent également sur la ferme le lendemain. Toute la famille est réunie devant la caméra. L'agriculteur détaille la conversation qu'il a eu avec le Président. Elle a porté sur le fameux impôt sécheresse, une aide d'urgence de 2,2 milliards de francs à l'époque, qui sera financée par les contribuables, pour aider les éleveurs victimes suite à la perte de leur bétail en cet été caniculaire.


L'impôt sécheresse en faveur des agriculteurs également au menu


L'agriculteur fait part de ses inquiétudes au Président. Cette aide qui repose sur un effort financier des Français, est mal perçue dans l'opinion publique. 

"On a dit au Président qu'il aurait mieux valu pratiquement ne rien donner dans l'immédiat que de parler tout de suite de prime de chaleur à la vache. Du coup, c'est un peu retourner l'opinion publique contre les agriculteurs, alors que c'était pas du tout le but (...) La population a l'impression que l'agriculture côute cher au pays. Cela aurait été plus raisonnable de vendre nos produits au prix de revient plutôt que de passer pour des assistés" explique Bernard Echelard au micro de notre collègue de l'époque.

Selon l'éleveur, Valéry Giscard d'Estaing lui répondra avec philosophie : "Cet impôt est mal compris, ça s'arrangera avec le temps, les Français sont comme ça !"

Quand à la rencontre, la famille Echelard ne l'oubliera pas :

Toute la soirée a été très détendue, on a parlé de nos problèmes familiaux et d'autres choses !

Bernard Echelard, agriculteur à Malansac en 1976

 

Une satisfaction de courte durée


Mais la satisfaction de cette visite fut de courte durée, nous confie le fils de Bernard.
 

Moi, quand le Président est venu à la maison, j'avais 7 ans, alors bien sûr c'était un évènement. Mais cette rencontre a eu un certain impact négatif. Il y a eu beaucoup de jalousie à l'époque !

Christophe Echelard

Ce mercredi 2 décembre 2020, avec le décès de Valéry Giscard d'Estaing, ce moment de convivialité devient néanmoins une petite page de l'histoire de la République française !


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique décès hommage société