Morbihan : Eugène Riguidel en grève de la faim contre un projet d’antenne... Projet 4G et non 5G, indique Orange

"J’ai 80 ans, je me mets en danger, mais cette antenne de 36 mètres va nous arroser de ses ondes mortifères." Dans le Morbihan, le navigateur Eugène Riguidel est en grève de la faim contre un projet d'antenne sur sa commune de Landaul. Il s'agit de 4G, et non pas de 5G, indique Orange. 

© DR

Depuis ce lundi, Eugène Riguidel a donc entamé une grève de la faim.

Dans sa commune de Landaul, entre Auray et Lorient, l'ancien vainqueur de la Transat en double s’est installé dans une caravane, près de l’endroit où devrait s’ériger une antenne Orange.

"J’ai 80 balais, j’ai arrêté de manger, je me mets en danger. Mais je veux mettre ma notoriété au service de la cause. Derrière moi, il y a tout un collectif d'habitants, d'opposants. Il faut retirer ce projet. C'est un cauchemar."
 

Un projet validé par l’ancienne équipe municipale


"Il y avait bien d'autres endroits pour installer l'antenne, mais le projet a été validé par l’ancienne municipalité, indique Riguidel. Et la nouvelle équipe n’a plus la main."

Ce que confirme la maire de la commune, Dominique Ollivier Frankel. "Le feu vert a été donné en 2018, dit-elle, j’ai tenté de retarder l’échéance, mais le département a donné son accord. C’est sur un terrain privé, un champ, dont le propriétaire n’habite pas à proximité. Désormais, les travaux peuvent démarrer d’un jour à l’autre."

"L’impact sera fort, ajoute la maire de Landaul. Nous sommes sur le chemin de Compostelle. L’antenne sera érigée entre l’église, dont la façade est déjà classée, et une chapelle elle aussi classée. Là-dessus, j’aurais aimé une position claire des Bâtiments de France." 

"Je suis très affectée par la grève de la faim d'Eugène Riguidel, poursuit Dominique Ollivier Frankel. J'ai pour cet homme le plus grand respect. Mais c'est toujours par des luttes pacifiques qu’on peut obtenir des choses."
 

Pour Orange, "un projet d’antenne 4 G. Et non pas 5 G"


De son côté, la Direction de la communication d’Orange indique "qu’il ne s’agit pas sur Landaul d’un projet d’antenne 5G, mais de 4G. Nous n’installons de la 5G que dans les villes. Pour désaturer la 4G. En campagne, nous continuons d’implanter de la 4G, là où le réseau est insuffisant pour les populations qui ont besoin d’être connectées."

Une affirmation qui laisse les opposants très sceptiques. Pour la maire de la commune, "si dans un premier temps, il ne s'agit que de 4G, on sait très bien que la 5G arrivera tôt ou tard."

Réaction identique de la part d'Eugène Riguidel : "Pour l'instant, ils installent, mais quand ils auront le feu vert, il n'auront plus qu'à appuyer sur le bouton."    
 

"Que ceux qui ont besoin de ça pour vivre, installent l'antenne dans leur jardin" 


"En fait, il y aura deux types de préjudices, explique Riguidel. Celui qui d’abord, nous sautera au yeux, le préjudice esthétique. Le pylône, je le verrai de ma fenêtre, je suis à 150 mètres, et je ne suis pas tout seul. Il y a une quarantaine de maisons impactées dans le secteur.
 

36 mètres de haut, c’est quasi la hauteur du mât du Bruno Peyron quand il a fait son tour du monde. Orange était le sponsor. A l’époque, je les ai soutenus. Ça me rend malade."

Eugène Riguidel

"Et puis il y a la santé. Avec leur antenne, ils vont nous arroser de leurs ondes mortifères. Les gens, les animaux. Y’a des études là-dessus. Et c’est juste au bord d’un ruisseau."

"Ça fait des siècles qu’on vit sans la 5G, poursuit le navigateur, ça nous a privé de quoi ? Maintenant, y’a des gens qui rêvent d’ouvrir leur volets à distance avec leur téléphone. Ce monde est fou. S’ils ont besoin de ça pour être heureux, ils n’ont qu’à la mettre dans leur jardin. Il y a une minorité de gens qui pilotent le monde, et qui imposent aux autres les conséquences de leur inconséquence. C’est un truc de dingue."
 

Rassemblement de soutien jeudi 15 avril
 

Eugène Riguidel ajoute qu’il n’en finit pas de recevoir des messages de soutien. 

"Hier, j’ai reçu un coup de fil de José Bové, le militant altermondialiste. La grève de la faim, il connaît, il m’a dit de prendre des précautions. Je suis suivi par un médecin. Je n'ai pas envie de clamser. Mais il faut que ça s’arrête."

A Landaul, un rassemblement de soutien a eu lieu jeudi 15 avril à 15 heures.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société environnement mer nature téléphonie économie