Morbihan : l'interdiction de ramasser et de vendre des coquillages est maintenue

La préfecture du Morbihan réitère son interdiction jusqu'à nouvel ordre du ramassage et de la vente de coquillages dans certains périmètres, en raison de la contamination de l'eau de mer par des toxines.

Le ramassage des coquillages dans certains secteurs du Morbihan reste interdite par la préfecture
Le ramassage des coquillages dans certains secteurs du Morbihan reste interdite par la préfecture © AFP - V. Hache
En raison de la contamination de l’eau de mer et des coquillages par des toxines lipophiles phytoplanctoniques (algues phytoplanctoniques se développant dans des conditions météorologiques favorables), la pêche, le ramassage, le transport, la purification, l’expédition, le stockage, la distribution, la commercialisation et la mise à la consommation humaine des coquillages sont interdits par arrêté préfectoral en date du 2 juillet 2020 dans certaines zones, définies par la préfecture du Morbihan.

   

ZONES  DE  FERMETURE


Dans ces zones de fermeture, les prélèvements de l'Ifremer ont permis de préciser quels coquillages étaient concernés par l'interdiction.
Ainsi, sur le tableau ci-dessous, les coquillages identifiés par le symbole * ont démontré leur non toxicité.
 

Les troubles en cas de consommation sont d’ordre digestif


Les toxines DSP provoquent chez le consommateur une intoxication, dont les effets apparaissent dans un délai de 2 à 18h après ingestion des coquillages contaminés. Les principaux symptômes sont gastro-intestinaux : la diarrhée, la nausée, les vomissements, les douleurs abdominales, et les frissons.

Des troubles secondaires comme les céphalées, les vertiges, la fièvre et une tachycardie sont aussi observés à l’occasion. Il n’y a pas de transmission interhumaine.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé mer pollution environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter