Morbihan : une dotation de 130.000 euros pour les abeilles noires de l'île de Groix

Le Conservatoire du littoral breton a reçu ce 16 novembre une dotation de 130.000 euros. Le projet d'un conservatoire de l'abeille noire de l'île de Groix , dans le Morbihan, a séduit la Fondation du patrimoine.

C'est une belle surprise pour le Conservatoire du littoral breton. Ce 16 novembre, la Fondation du patrimoine lui a remis une dotation de 130.000 euros pour son engagement dans la protection des abeilles noires de l'île de Groix (Morbihan). Cette récompense doit lui permettre de restaurer l'ancien sémaphore du Grognon (voir la carte ci-dessous) pour en faire le Conservatoire de l'abeille noire. 

L’île  de  Groix est la deuxième  plus  grande  île  de  Bretagne et abrite l’une  des  dernières  colonies  d’abeilles  noires  en  France. Cette espèce singulière est apparue il y a un million d'années en Europe, bien avant l'abeille jaune et noire que nous connaissons tous.
 

130.000 euros de dotation

"Ça faisait un moment qu'on cherchait les moyens de restaurer le bâtiment alors nous avons déposé un dossier à la Fondation", lance Didier Olivry, délégué régional du Conservatoire littoral. Le projet, qui fait partie des cinq lauréats nationaux, est un "symbole du maintien de la biodiversité" sur l'île.

"Des études scientifiques démontrent qu’on a une population d’abeilles pures, alors on essaie de les maintenir pour qu'elles restent "naturelles", sauvages, sans que l'homme n'ait trop d'influence", explique Christian Bargain, président de l’association de sauvegarde de l’abeille noire de Groix. Depuis sa création en 2008, une quarantaine d'adhérents organise des animations et des visites autour d'un rucher pédagogique.

Avec la rénovation de l'ancien sémaphore du Grognon (construit au XIXème siècle), l'association va pouvoir développer ses activités, comme la formation d'apiculteurs, et surtout continuer à sensibiliser le public sur cette espèce endémique. Quant aux abeilles noires, dont le rucher se trouve au pied du phare de Pen-Men, elles doivent également déménager tout près du nouveau siège de l'association.
 

"Le projet met l'accent sur le tourisme durable"

Pour choisir ses lauréats, la Fondation  du  patrimoine  a  réalisé  une  étude d’impact socio-économique des projets qu’elle soutient. Sur l'île de Groix, l'objectif est ainsi de développer le tourisme durable. "C'est un projet mobilisateur, car un grand nombre d’apiculteurs sont engagés. C'est aussi valorisant pour le territoire puisqu’il met l’accent sur le tourisme durable et il y a aussi des retombées économiques non négligeables. Car en plus de restaurer l'ancien sémaphore, il y aura un autre projet avec des scientifiques du monde entier", explique Jean-Pierre Ghuysen, délégué régional de la Fondation du patrimoine.

Pour l'association de sauvegarde de l'abeille noire, la création d'un conservatoire est une première étape vers une reconnaissance de l'Etat. Sur l'île, seul un arrêté municipal datant de 2008 interdit l’introduction de toute autre espèce d’abeille. "L'amende doit être à 35 euros, ce n'est pas assez dissuasif. On cherche une protection plus large de l’Etat français", déclare Christian Bargain.

Les travaux du sémaphore devraient commencer dès la fin de l'année 2021 avec une ouverture estimée fin 2022. Le coût total est 250.000 euros. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littoral aménagement du territoire environnement écologie patrimoine