Nouvelle enquête sur les bébés sans bras : Isabelle Taymans-Grassin, mère de Charlotte réagit

Isabelle Taymans-Grassin, ex-habitante de Guidel (Morbihan), et sa fille Charlotte, 6 ans, atteinte d'une malformation de l'avant-bras / © France 3 Bretagne - Éric Pinault
Isabelle Taymans-Grassin, ex-habitante de Guidel (Morbihan), et sa fille Charlotte, 6 ans, atteinte d'une malformation de l'avant-bras / © France 3 Bretagne - Éric Pinault

Isabelle Taymans-Grassin, mère de Charlotte née en 2012 avec un seul bras, réagit après la décision du gouvernement de lancer une nouvelle enquête. 

Par Sylvaine Salliou

Alors que le gouvernement a décidé dimanche 21 octobre de lancer une nouvelle enquête sur les bébés sans bras nés dans plusieurs départements, dont le Morbihan, Isabelle Taymans-Grassin, mère de Charlotte née en 2012 avec un bras, réagit.

 


"On est très soulagé d'avoir une réponse de la part de la ministre, on se sent écoutés, reconnus dans ce combat, on trouvait que l'absence de réponse commençait à faire long", se réjouit ce médecin qui vit désormais à Bruxelles.

Elle explique qu'elle commençait à douter de la position des autorités sur le sujet : "Avec tout ce que l'on a vu passer ces dernières semaines, notamment en ce qui concerne tous les documents qui discréditent  les travaux de Me Amar du registre Remera et le fait que Santé publique France ne reconnaisse pas l'excès de cas dans l'Ain et des animaux malformés dans l'Ain".

Elle rappelle qu'une réunion sera organisée à Guidel. Elle va réunir les familles, le registre, la mairie et l'Agence régionale de santé. Cette maman espère que le rendez-vous va permettre d'aller plus loin sur les investigations, "car il n'y a pas eu d'investigation de terrain à Guidel pour le moment, il y a eu une grosse perte de temps, je ne sais pas trop ce que ca va donner, mais pousser les investigations plus loin et permettre d'identifier des facteurs de risques qui pourraient être écartés pour d'autres grossesses pour d'autres mamans". 
 

C'est un long combat qui s'annonce


"Le sujet a été exposé aux yeux du grand public, il y a maintenant une certaine obligation de transparence et de travail plus approfondi". Isabelle Taymans-Grassin demande maintenant que le travail soit fait. Elle souhaite aussi être impliquée dans les discussions et les réflexions. 

Agnès Buzyn a jugé dimanche "insupportable" que ces cas groupés restent sans explication. Avec le ministre de la Transition écologique François de Rugy elle a donc décidé de lancer une nouvelle enquête avec l'Anses et Santé Publique France. Ces cas groupés ont été observés dans l'Ain (sept naissances entre 2009 et 2014), en Loire Atlantique (trois naissances entre 2007 et 2008) et en Bretagne (quatre naissances entre 2011 et 2013), à chaque fois dans un périmètre restreint.

Une première enquête de Santé publique France début octobre n'était pas parvenue à définir de causes pour ces cas.




 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'ambiance à Tout Rennes Court

Les + Lus