• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les obsèques du commando marine, Cédric de Pierrepont, célébrées à Larmor-Plage

Cédric de Pierrepont / © EPA/MAXPPP
Cédric de Pierrepont / © EPA/MAXPPP

Les obsèques de Cédric de Pierrepont, l'un des deux commandos marine tués dans l'opération qui a permis de libérer 4 otages au Burkina Faso, seront célébrées mercredi 15 mai à 14h30, en l'église de Larmor-Plage (Morbihan). Cette cérémonie se déroulera après l'hommage national prévu mardi à Paris.

Par Hélène Pédech


Après l'hommage de toute une nation, mardi, aux Invalides en présence du chef de l'Etat, c'est une cérémonie religieuse plus intime qui se déroulera mercredi 15 mai après-midi à Larmor-Plage (Morbihan) pour saluer la mémoire du maître Cédric de Pierrepont tué dans la nuit de jeudi à vendredi aux côtés d'un autre commando marine, Alain Bertoncello, lors de la libération d’un groupe de quatre otages au nord du Burkina Faso.


Ils font partie du quotidien des habitants


Si les obsèques seront officiellement réservées à la famille et aux amis proches, la commune de Larmor-Plage se prépare toutefois à recevoir beaucoup de monde tant l'émotion est grande dans le pays de Lorient après la disparition des deux hommes.

C'est là que siège la Forfusco, où Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello se sont formés puis ont servi d'abord en tant que fusiliers marins puis comme commandos marine. Ces corps militaires sont en effet très visibles lorsqu'ils s'entraînent en rade de Lorient. Ils font donc, pour ainsi dire, partie du quotidien des habitants.

Cédric de Pierrepont était originaire du pays de Lorient. Sa mère vit toujours à Larmor-Plage. 
 

La place de l'église sonorisée


Le maire de Larmor-Plage, Victor Tonnerre, a appris, ce matin, que les obsèques de Cédric de Pierrepont se dérouleront dans sa commune. Selon lui, l'église, qui peut accueillir 350 personnes, sera certainement pleine tout comme la place où des haut-parleurs seront installés pour permettre à chacun de suivre la cérémonie.

 

Une haie d'honneur


"Une cérémonie familiale mais avec les honneurs qui se doivent", explique Victor Tonnerre. "Un groupe de militaires en arme et au garde-à-vous feront une haie d'honneur au passage du cercueil".

De son côté, la Forfusco confirme qu'elle sera représentée par un petit comité de marins et par le contre-amiral Christophe Lucas commandant les fusiliers marins et commandos et la Marine à Lorient.

 

"Il va falloir mettre en place un service d'ordre draconien"



Des anciens combattants avec drapeaux seront également présents.

Victor Tonnerre précisera mardi avec l'Armée puis avec la préfecture du Morbihan le déroulement des obsèques. "Il va falloir mettre en place un service d'ordre draconien", souligne le maire.

Après la cérémonie religieuse, Cédric de Pierrepont sera incinéré. Suivra une cérémonie dans la stricte intimité familiale au cimetière de Larmor-Plage.

 

Hommage national et honneurs militaires

Ce lundi, une première cérémonie sobre, présidée par le chef d'Etat-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, sobre, en présence de la famille et des camarades militaires devait être rendue. 

A Guer (Morbihan), les élèves et services des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (armée de Terre) ont, ce matin, rendu hommage à leurs camarades de la Marine nationale.

 


Dès cette nuit, une centaine de militaires membres de la Forfusco quitteront Lorient pour prendre part à l'hommage national, rendu mardi matin aux Invalides.

Avant de rejoindre la cour des Invalides, le convoi funéraire enjambera la Seine : "Tous ceux qui veulent saluer une dernière fois les militaires pourront se recueillir
Pont Alexandre III à 10h00
", a indiqué le ministère des Armées.

Les familles accueilleront les deux cercueils aux Invalides. L'allocution du président Emmanuel Macron sera suivie de la sonnerie aux morts. Le président de la République devrait alors remettre à titre posthume la Légion d'honneur à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Puis la Marseillaise retentira.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Florence Dudouit, éducatrice au CDEF de Saint-Brieuc et déléguée CGT

Les + Lus