• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les deux commandos marine tués lors de la libération des otages enlevés au Bénin, avaient servi à Lorient

Les deux commandos marine, les MT Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, mort dans l'opération de libération des otages enlevés au Bénin / © Marine nationale
Les deux commandos marine, les MT Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, mort dans l'opération de libération des otages enlevés au Bénin / © Marine nationale

Les deux touristes français disparus depuis le 1er mai au Bénin, ont été libérés ce vendredi. Lors de l'opération menée au Burkina Faso par les forces françaises, deux membres des commandos marine, ont été tués. Ils avaient tous deux servi à Lorient et l'un était originaire du Morbihan.

Par Thierry Peigné


L'annonce a été faite ce vendredi 10 mai par l'Elysée. Les deux touristes français disparus alors qu'ils étaient en vacances dans le parc de la Pendjari au Bénin, ont été libérés lors d'une opération menée par des forces spéciales de l’opération Barkhane. Une citoyenne américaine et une ressortissante sud-coréenne ont également été libérées.

Mais dans l'opération, deux militaires français, des commandos marine sont morts. 
"Je salue la mémoire des deux militaires des forces spéciales de l’opération Barkhane morts pour la France lors de la libération de quatre otages au Burkina Faso", a commenté dans un communiqué la ministre des Armées Florence Parly. 

Les deux commandos marine, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello appartenaient au commando Hubert, basé à Saint-Mandrier (Var), l'un des sept commandos de la marine nationale. Les six autres commandos sont basés à Lorient et comprennent chacun une centaine d'hommes. Les deux militaires avaient été basés à Lorient dans le cadre de leur formation militaire.
 

Un des militaires originaire du Morbihan

Dans un post facebook, la Marine nationale précise "être en deuil" et "s'associer à la douleur de leurs familles et de leurs frères d'armes". "J’admire leur courage, je partage la peine de leurs familles et de leurs proches" ajoute l'amiral Christophe Prazuck, chef d'état-major de la Marine.

Cédric de Pierrepont est né en 1986 à Ploemeur. Il est entré dans la Marine nationale en 2004, au sein des équipages de la flotte. Il intègre en 2005 la spécialité de fusilier marin à Lorient et se distingue en terminant premier sur quarante-sept de son cours de Brevet élémentaire. Un an et demi plus tard, il réussit le stage commando. Il est ensuite affecté au commando de Penfentenyo (de janvier 2007 à novembre 2011) basé à Lorient où il est promu au grade de second-maître et obtient son brevet d’aptitude technique fusilier marin-commando. En août 2012, il réussit le cours de nageur de combat puis rallie le commando Hubert. Il y occupait les fonctions de chef de groupe commando depuis le 1er avril 2018.

Le maître de Pierrepont était pacsé. Il a plusieurs fois été engagé sur des théâtres d’opérations en Méditerranée, au Levant et au Sahel ; théâtre sur lequel il était déployé depuis le 30 mars dernier.
 

Passé par Brest puis Lorient

Le Maitre Alain Bertoncello, né en 1991 à Annecy, est entré dans la Marine nationale en rejoignant à Brest l’école de maistrance (des officiers mariniers) en février 2011. Il choisit un an plus tard la spécialité de fusilier marin et réussit le stage commando la même année. Après 5 ans au commando Jaubert basé à Lorient, il obtient le brevet de nageur de combat et rejoint le commando Hubert basé à Saint-Mandrier dans le Var, où il était affecté depuis juillet 2017.

Il a participé à des missions de défense des intérêts maritimes français aux Seychelles (protection des thoniers) et à plusieurs opérations extérieures au Qatar, au Levant et au Sahel ; théâtre sur lequel il était engagé depuis le 30 mars dernier. Il était pacsé et cumulait plus de 7 ans de service au sein de la Marine nationale.

Lors de l'opération de libération des otages, quatre personnes, ravisseurs ou simples geôliers sont morts. C'est dans l'échange de coups de feu que les deux militaires français sont mort. Aucun autre soldat français n'a été touché lors de cette opération.

Un hommage national devrait leur être rendu très prochainement.
 

6 des 7 unités de commandos basées sur Lorient

La Force maritime des fusiliers marins et commandos (la Forfusco) est commandée depuis le 31 août dernier par le contre-amiral Christophe Lucas depuis l'état major situé à Lorient. La Forfusco comporte environ 3 200 hommes et femmes. Elle est composée des fusiliers marins (près de 2 900 hommes), qui ont pour mission la défense militaire de sites sensibles de la Marine nationale, (base sous-marine Ile Longue, base aéronautique de Lann-Bihoué, ...), et des commandos marine (environ 650 hommes), qui sont les forces spéciales de la Marine qui interviennent en opérations en mer et à terre.

6 des 7 unités des commandos sont basées à Lanester près de Lorient. Ce sont le commando Jaubert, le commando de Montfort, le commando de Penfentenyo, le commando Trépel, et le commando Kieffer. Seule l'unité du commando Hubert, dont étaient originaires les deux militaires tués dans la nuit du 9 au 10 mai, est basé à Saint-Mandrier dans le Var. 
 

Sur le même sujet

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade

Les + Lus