"En quelques minutes, ils arrachent la banquette arrière". Les batteries de véhicules hybrides : la nouvelle cible des trafiquants

Elles sont devenues des cibles de choix des trafiquants : les batteries électriques des véhicules hybrides. Depuis plusieurs mois, les vols sur les parkings de véhicules d'occasion des concessions se multiplient. Notamment en Bretagne où les trafics se comptent en plusieurs centaines de milliers d'euros. Une enquête menée par la section de recherches de la gendarmerie de Rennes est en cours.

Les attaques de concessions automobiles se multiplient dans l'ouest de la France depuis plusieurs mois, notamment en Bretagne. À chaque fois pour voler un butin devenu très recherché : les batteries électriques.

Comme à Noyal-Pontivy (Morbihan) dans la nuit du 14 au 15 novembre dernier. Sur le parking de la concession Toyota, une trentaine de véhicules d'occasion sont dégradés. Et neuf batteries électriques sont dérobées. À chaque fois, des modèles hybrides de la marque sont la seule cible

Deux nuits plus tard, même scénario, cette fois à Redon (Ille-et-Vilaine) où, là encore, une trentaine de véhicules hybrides sont saccagés. Cette fois, dix batteries sont volées.

En quelques minutes, ils arrachent la banquette arrière puis ils cisaillent les câbles

Le gérant d'une concession automobile bretonne

Selon le responsable d'une des concessions visées et qui garde l'anonymat, "En quelques minutes, ils arrachent la banquette arrière puis ils cisaillent les câbles. Ils défoncent la voiture". Selon un autre gérant, "Ils savent ce qu'ils font. J'avais d'autres véhicules hybrides sur le parking et il y avait des véhicules qui étaient vraiment sélectionnés".

Préjudice moyen estimé pour chacun des cambriolages :environ 100 000 euros. 

Des vols en série. La plupart d'entre eux concernaient des véhicules de la marque Toyota. Le groupe automobile dit collaborer avec la police et la gendarmerie qui prennent l'affaire très au sérieux. Suite aux différentes plaintes déposées par les concessionnaires bretons victimes de ce nouveau type de criminalité, une enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Rennes. Selon les enquêteurs de la gendarmerie "Les malfaiteurs qui commettent ces délits sont très bien organisés. Il s'agit en majorité de réseaux étrangers de receleurs."

Des trafiquants qui ciblent des modèles de choix : les véhicules hybrides beaucoup plus faciles à voler. 

Des batteries volées et revendues sur un  marché noir de l'occasion

"Sur les modèles hybrides, les batteries se trouvent plutôt sous les banquettes ou sous le coffre. À l’inverse des véhicules 100% électriques qui se trouvent sous le châssis et extrêmement difficiles à enlever." confie Arnaud Aymé, expert automobile pour SIA partners. Il ajoute "À l’intérieur, il y a des métaux rares comme le lithium, le cobalt ou le nickel. Mais l'intérêt de la batterie, ce n'est pas de la démonter et de récupérer les composants. C'est plutôt de revendre la batterie d'occasion et d'arriver à se faire parfois plusieurs centaines d'euros grâce à cela."

Un trafic de batteries qui risque de s'intensifier. Car il surfe sur un marché de l'hybride en plein essor. L'an passé, les ventes de ces modèles ont explosé de plus de 34 %.

(Avec