VIDÉO. "C'est une musique caméléon", pourquoi la musique bretonne est-elle toujours si vivante

durée de la vidéo : 00h04mn28s
Le reportage de Krystel Veillard, Valérie Chopin et Domnique Dallemagne ©France 3 Bretagne

Pour les uns, c'est une occasion de s'amuser ou une histoire de famille, pour les autres, une harmonie spéciale ou une façon d'être ensemble. À chacun sa façon de vivre la musique bretonne, ce trésor culturel qui s'inspire de la tradition mais sait aussi trouver l'inspiration ailleurs. Reportage.

"La musique bretonne, c'est une musique caméléon". Une certitude pour Denez Prigent, l'une des grandes voix de la Bretagne qui dessine le trait d'union entre les anciens et les plus jeunes. "La musique bretonne s'approprie d'autres instruments venus d'ailleurs. Et, finalement, ces instruments qui jouent le répertoire de Bretagne deviennent des instruments bretons à part entière" explique-t-il.

Une musique qui emmène les gens ailleurs

Romain Dubois

Guitariste du groupe "Fleuves"

Même avis pour Romain Dubois, le guitariste du groupe Fleuves, lequel navigue entre sonorités bretonnes, jazz et électro. Avec les deux autres membres de cette formation, il aime faire voyager les gens. "On doit se plier aux codes que les gens connaissent, sur les danses. Une fois qu'on est d'accord, les portes sont ouvertes pour emmener les gens ailleurs."

À LIRE : Depuis 50 ans, Alan Stivell fait résonner la musique bretonne sur les scènes du monde entier

L'énergie de la langue bretonne

La musique et la danse bretonnes ont un tempo et une énergie particuliers. Elles ont toujours tissé des liens, hors de nos frontières, avec les nations celtes. Pour Ronan Pellen, joueur de sistre, "la langue bretonne est une langue celtique qui ressemble notamment au gallois. Il y a toujours eu une volonté culturelle en Bretagne de faire ces rapprochements".

Des musiques, des chants et des danses qui proposent tous les répertoires et pour toutes les générations. En allant chercher partout sur le territoire breton. "Au début, c'étaient surtout les gens de la campagne qui savaient danser. Et on ne savait danser que 3 ou 4 danses. Celles de son terroir. Maintenant, les gens connaissent les danses de tous les terroirs" se réjouit Jorj Belz du groupe Trouzerion qui vient de fêter son cinquantième anniversaire.

À LIRE : Insolite. Des boîtes à musique bretonne nichées au coin des rues