Prison bloquée ce mardi à Ploemeur : « on veut accueillir dans des conditions dignes »

L’accès à la maison d’arrêt de Ploemeur sera bloqué ce mardi 11 février dès 6 h 30. À l’appel de quatre syndicats, pour dénoncer une surpopulation carcérale, des bâtiments qui se dégradent, et un manque d’effectif. 
Entrée de la maison d'arrêt de Ploemeur.
Entrée de la maison d'arrêt de Ploemeur. © J.Fouquet/Maxppp

L’ensemble des syndicats de la Maison d’Arrêt de Ploemeur (FO, SPS, CGT et Ufap-Unsa ) appellent à une journée de mobilisation ce mardi 11 février. Principale cause : une surpopulation carcérale qui se dégradent depuis de nombreux mois. 367 détenus pour 207 places à ce jour. Et un manque d’effectif, une dizaine de postes de surveillant non pourvus. 

« Ils peuvent être à trois dans une cellule individuelle et certains dorment sur des matelas au sol. Là, on arrive à un point de saturation. On ne peut plus accueillir dans de telles conditions. Tout le monde est impacté. Et les surveillants sont en première ligne », s’indigne Nicolas Parra, Secrétaire local de Force Ouvrière. 

Autre sujet de revendication :  l’état de la prison. 19 millions de travaux étaient prévus pour le désamiantage, l’installation des douches, la construction d’un nouveau bâtiment administratif. « On a appris que finalement, il y aura 0 euro. Alors même que la direction a admis qu'il y avait besoin lors d'une visite fin janvier », déplore Nicolas Parra. 

Dès 6 h 30, ce mardi, l’accès à l’établissement sera bloqué par les agents en repos, en vacances, ou n’ayant pas encore pris leur poste. « Nous n’avons pas le droit de grève », précise le syndicaliste. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société mouvement social économie social