Armistice de 1918 : commémoration en petit comité à Vannes, Covid-19 oblige

En cette journée mémorielle, la commémoration du 102e anniversaire de l'Armistice de 1918, a réuni peu de monde ce mercredi matin à Vannes. Seule une dizaine de personnes était présente près du monument aux morts inauguré il y a tout juste 100 ans, contre près de 600 habituellement.
Covid-19 oblige, la commémoration du 102ème anniversaire de l'Armistice de 1918 s'est faite en petit comité, au pied du monument inauguré il y a exactement 100 ans.
Covid-19 oblige, la commémoration du 102ème anniversaire de l'Armistice de 1918 s'est faite en petit comité, au pied du monument inauguré il y a exactement 100 ans. © N. Corbart / France Télévisions

Il y a 102 ans exactement, le 11 novembre 1918, l'Armistice était signé dans un wagon en forêt de Compiègne. Cette convention a marqué la fin des combats de la Première Guerre mondiale, reconnaîssant de facto la victoire des Alliés et la défaite de l'Allemagne, après quatre années particulièrement meurtrières.

Une guerre 14-18 qui a fait au total entre 9 et 10 millions de morts, un massacre d’une ampleur sans précédent. L'Allemage mais aussi la France ont payé de lourds tributs : entre 1,4 et 1,5 million de soldats français ont été tués sur les 7,8 millions de soldats mobilisés durant cette "Grande Guerre".
 
Une dizaine de personnes seulement ont pu assister ce 11 novembre 2020 à la commémoration de l'Armistice de 1918, à Vannes.
Une dizaine de personnes seulement ont pu assister ce 11 novembre 2020 à la commémoration de l'Armistice de 1918, à Vannes. © N. Corbart / France Télévisions

Cette année, le confinement lié à la crise sanitaire, a imposé des cérémonies de commémoration en petit comité. Ce fut notamment le cas à Vannes ce mercredi matin, où seulement une dizaine de personnes était présente, parmi lesquels six "officiels" dont le préfet du Morbihan, le président du Conseil départemental, des anciens combattants ainsi que le maire David Robo.

Une dizaine, contre près de 600 personnes en temps "normal", parmi lesquels toujours beaucoup de scolaires.  "Ce travail de transmission de la mémoire nopus ne pouvons malheureusement pas le faire aujourd'hui" déplore le maire, David Robo, "mais ce n'est que partie remise".
 
Une commémoration qui s'est tenue au pied du monument aux morts de Vannes, monument inauguré il y a tout juste 100 ans...




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
première guerre mondiale culture histoire