2 300 arbres replantés sur l'île d'Arz : une action d'agro-foresterie en faveur de la biodiversité

Le Gaec Lait au champ est la seule ferme installée sur l'île d'Arz dans le golfe du Morbihan. A sa tête: deux associés qui vendent en direct des produits bio issus de leur élevage de vaches pie noir. Un autre projet est en cours : planter 2 300 arbres sur l'exploitation en faveur de la biodiversité.

2 300 arbres plantés sur l'île d'Arz en faveur de la biodiversité
2 300 arbres plantés sur l'île d'Arz en faveur de la biodiversité © France3 bretagne

Thomas Meignan et Clément Kouyoumdjian possèdent une cinquantaine d'animaux, veaux, génisses, laitières et quelques boeufs sur leur exploitation. Pour ouvrir des pâturages à leurs vaches pie noir, des ronciers ont déjà été défrichés.

Mais les jeunes éleveurs ont eu envie d'aller plus loin. Sensibilisés aux techniques d'agro-foresterie, ils vont planter d'ici février 2020, quelques 2 300 arbres et arbustes sur les terres municipales de l'île qui leurs servent de parcelles. Ce projet vient de recevoir le prix "Agriculteurs d'Avenir" du programme Nature 2050.
durée de la vidéo: 01 min 50
prix "Agriculteurs d'Avenir" pour deux éleveurs de l' île d'Arz ©France3 Bretagne

Ces arbres seront plantés à l'intérieur des parcelles pour abriter leurs bêtes du vent et du soleil, les feuilles comestibles des arbres et des racines qui décompactent les sols sont aussi des alliés pour la bonne gestion de l'exploitation. 

"Les propriétés racinaires des arbres permettent d'améliorer la qualité des sols. L'été, les racines permettent de remonter l'eau en surface en cas de sécheresse. L'hiver, quand les terres sont gorgées de pluie, l'eau s'infiltre plus facilement" explique Thomas Meignan, l'un des deux éleveurs.

Pour Suzanne Rihal, chargée du Programme "Nature 2050": " utiliser l'arbre comme composante de la biodiversité végétale et pour favoriser la biodiversité faunistique est dans la logique du programme qu'elle soutient. Ce projet est exemplaire de la manière dont les agriculteurs peuvent évoluer vers une transition des exploitations, afin de s'adapter aux changements climatiques."

Un sujet particulièrement sensible sur une île sujette à l'érosion des sols à cause du vent. Tamaris, ormes, néfliers et arbousiers vont désormais apporter à la fois de la nourriture à portée de langue pour les vaches de l'exploitation, mais aussi s'enraciner pour protéger les sols.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture climat environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter