Municipales/ Coronavirus : faut-il annuler le deuxième tour ? L'avis de candidats bretons arrivés en tête au premier

La crise sanitaire du coronavirus s'est aggravée. Et la Bretagne a enregistré un taux d'abstention record au 1er tour des municipales. Alors faut-il ou pas annuler le 2e tour ? Voici la position de quelques-uns des candidats arrivés en tête dans la région.   

© FREDERICK FLORIN / AFP

La Bretagne a connu pour ce premier tour des élections municipales un taux de participation autour de 47%.

La crise sanitaire qui a dissuadé une partie des électeurs de se rendre aux urnes continue de s'aggraver. Le dernier bilan dimanche soir faisait état de 127 morts et 5.423 cas confirmés en France.

Alors faut-il ou non maintenir le 2e tour ?  

Voici la position de quelques-uns des candidats des grandes villes bretonnes arrivés en tête au premier... 

 

Nathalie Appéré à Rennes :

"A l'évidence, il n'est plus possible de tenir le second tour des élections municipales"

 
© Maxppp/Vincent Michel
Nathalie Appéré est arrivée en tête du 1er tour à Rennes avec 32,8 %. Elle devance Matthieu Theurier 25,4 %, Carole Gandon 14,3 % et Charles Compagnon 12,2 %.
 


Jointe au téléphone ce lundi midi, l'équipe de campagne de Nathalie Appéré fait savoir qu'aux yeux de la maire sortante, "il n'est plus possible à l'évidence de tenir le second tour des élections municipales"


Damien Girard à Lorient :

"Mon avis sera celui des scientifiques, le report serait une sage décision" 

 
© F3
A Lorient, Damien Girard est arrivé en tête avec 22,99% devant Fabrice Loher 20,83%, Bruno Blanchard 18,45% et Laurent Tonnerre 17,80%. Une quadrangulaire se profile pour le 2e tour. 
 


"On ne peut pas dire aux gens, confinez-vous mais venez voter !" 

Sur le report potentiel du 2e tour, Damien Girard explique qu'il se rangera "à l'avis des scientifiques. Ce sont eux qui savent ce qu’il est opportun de décider. La crise sanitaire est inquiétante, elle s’aggrave. La prise de conscience de la population risque encore d’augmenter l’abstention au 2e tour. Et on ne peut pas donner des messages contradictoires aux gens. Leur dire confinez-vous, restez chez vous, et les appeler aux urnes. Le report serait à mes yeux une sage décision"




Christine Le Strat à Pontivy :

"Il aurait été judicieux d'annuler avant. Mais c'est la santé qui prime, on se pliera aux décisions"

 
© F3 Bretagne
Christine Le Strat, maire sortante, est arrivée en tête avec 46,29 %,devant Marie-Madeleine Doré-Lucas  20,87%,  Soizic Parrault 17,72% et Gaëlle Le Roch, 15,13% des voix. 
   

"C'est la santé publique qui prime" 

Pour Christine Le Strat, "recommencer une campagne serait très compliqué. Je ne vais pas vous dire qu’un report me réjouirait.  Il aurait alors mieux valu annuler avant même le premier tour, mais la crise sanitaire évolue. C’est absolument la santé publique qui prime. On se pliera donc aux décisions."



Gilles Lurton à Saint-Malo : 

"La situation sanitaire est grave, je ne suis pas scientifique, je me plierai à la décision"

 
© F3 Bretagne
A Saint-Malo, Gilles Lurton est arrivé largement en tête  avec 47,42%. Il doit affronter Anne Le Gagne (DVC) 13,3% au 2e tour.

"Annuler, ce sera compliqué pour tout le monde, mais s'il le faut, je m'y plierai"

Pour Gilles Lurton, "reporter les élections serait très compliqué. Il y aurait des communes avec des maires élus au premier tour, et d’autres où l’on devrait revoter dans 6 mois. Avec tout le problème des frais de campagne etc.  Mais la situation sanitaire du pays est extrèmement grave. Je ne suis ni scientifique, ni médecin, ce n’est pas à moi de donner mon avis là-dessus. Si le gouvernement prend cette décision, je m’y plierai." 



Hervé Guihard à Saint-Brieuc :

"Je suis contre l'annulation. Il fallait que le gouvernement tranche avant le 1er tour. L'assouplissement du vote par procuration serait la solution."

 
© F3 Bretagne


Hervé Guihard est arrivé en tête avec 31,8 % devant Richard Rouxel (21,27%) et Corentin Poilbout (19,76%).

"Le message du gouvernement n'est pas clair..."

"Je suis totalement contre le report des élections, explique Hervé Guihard. Le gouvernement a eu l’occasion de trancher avant le premier tour. Il a choisi de maintenir le vote et de demander aux services publics de l'organiser dans les meilleures conditions de sécurité possible, ce qui a été fait. On ne peut pas faire les choses à moitié, et annuler maintenant.  Le message du gouvernement n'est pas clair. Face à la crise sanitaire, un fort assouplissement du vote par procuration serait la solution. Bien sûr, si la crise s'agrave terriblement ds les jours qui viennent, la question ne se pose plus, ce sera annulation. 

 


Francois Cuillandre à Brest : 

"On ne peut pas à la fois dire aux gens de ne plus sortir, mais d'aller voter. C’est une position intenable. Je ne suis pas scientifique, mais le gouvernement doit trancher vite".

 
© F3

A Brest, le maire socialiste sortant est arrivé en tête avec 26,54 % des voix. Il devance  Bernadette Malgorn avec 18,9 %. 
 


"Si le gouvernement décide d'annuler, qu'il le fasse vite..."

Sur l'annulation potentielle du 2e tour, Francois Cuillandre indique que "la  santé publique doit primer. Et si c’est nécessaire, on doit reporter selon des conditions juridiques à définir. Mais on ne peut pas à la fois dire aux gens "n’allez plus au restaurant, dans les espaces publics, mais allez voter". C'est une position intenable. On n’est pas scientifiques, c’est au gouvernement de prendre cette décision en fonction des éléments dont il dispose. Mais si on reporte, il faut le dire vite. Avant que les candidats ne réactivent la machine avec les professions de foi etc…"

 

Face à l'accélération de l'épidémie de coronavirus, qui alimente les rumeurs de confinement total du pays, Emmanuel Macron doit s'adresser de nouveau aux Français lundi soir à 20H00. 

 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections coronavirus/covid-19 santé société