Pourquoi la qualité de l'air est "mauvaise" ce jeudi sur l'ensemble de la Bretagne ?

La concentration en particules fines et l'ensoleillement important de ces derniers jours sont responsables de la mauvaise qualité de l'air ce jeudi, dans les quatre départements bretons. L'observatoire Air Breizh surveille cette tendance, heure par heure. 

La qualité de l'air est jugée mauvaise ce jeudi par Air Breizh, l’organisme agréé en Bretagne par le ministère chargé de l’Environnement.
La qualité de l'air est jugée mauvaise ce jeudi par Air Breizh, l’organisme agréé en Bretagne par le ministère chargé de l’Environnement. © Air Breizh

Triste nouvelle en cette journée de la Terre : la qualité de l'air est jugée "mauvaise" par l'observatoire Air Breizh sur l'ensemble de la région. Le secteur venteux du nord-Finistère ainsi que celui de Saint-Malo sont un peu moins impactés, mais pas épargnés pour autant. 

Pourquoi la qualité de l'air est-elle qualifiée de "mauvaise" par Air Breizh ? "Le niveau d'ozone est très élevé avec l'ensoleillement en ce moment, explique Gael Lefeuvre, directeur de publication à Air Breizh


Les températures sont assez élevées l'après-midi et cela favorise la hausse de concentration en ammoniaque.

Gael Lefeuvre, directeur de publication à Air Breizh

Rien de bon car l'ammoniaque est "un précuseur de particules fines" qui dégradent elles-mêmes la qualité de l'air. 

Gael Lefeuvre précise que "tous les ans, à cette période de l'année, la qualité de l'air se dégrade avec la hausse de l'ensoleillement. Le réchauffement climatique a aussi un impact" ajoute-t-il.

En parallèle de l'ensoleillement important, "les niveaux de particules fines sont actuellement élevées avec la période d'épandage en cours, notamment"

De nouveaux indices pris en compte 

En juillet, un arrêt ministériel a modifié la liste des indices à évaluer pour l'analyse de l'air. Désormais, les observatoires comme Air Breizh doivent s'appuyer sur de nouveaux seuils, "plus restrictifs et plus bas", selon Gael Leufeure. Des analyses plus précises, donc.

Une surveillance de l'air en continue

Breizh Air analyse la qualité de l'air sept jours sur sept, sur l'ensemble de la région, grâce à des instruments de prélèvement. L'observatoire, présent dans les grandes villes de Bretagne et dans les zones rurales, diffuse ensuite toutes les heures de nouvelles données actualisées. 

Sur leur site, il est, par exemple, possible de suivre heure par heure le taux d'ammoniac dans l'air depuis la station rurale de Kergoff, à Merléac dans les Côtes-d'Armor. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement pollution agriculture écologie sciences météo réchauffement climatique