La productivité au rythme de l’excellence pour le luthier Tom Marceau

Le luthier Tom Marceau fait appel aux machines numériques qui s'accordent très bien à l'excellence exigée par ses clients / © France 3 Bretagne
Le luthier Tom Marceau fait appel aux machines numériques qui s'accordent très bien à l'excellence exigée par ses clients / © France 3 Bretagne

C’est un ovni dans le monde de la lutherie : à peine 30 ans et Tom Marceau figure déjà parmi les grands de la guitare et de la basse électriques artisanales. Autodidacte, bricoleur de talent dès l’adolescence, il répare et modifie ses guitares avant de créer ses propres modèles.

Par Thierry Bréhier


Le grand jour vient quand Lucky Peterson, le bluesman américain de passage à Saint-Malo, se laisse séduire par l’un de ces modèles, et en félicite le jeune luthier. La décision est prise, Tom Marceau en fera son métier.

La progression est fulgurante : très vite les guitares et les basses du jeune homme enchantent les musiciens professionnels et amateurs avertis.

Pourtant la concurrence est rude : la Bretagne compte de nombreux luthiers artisanaux réputés, et face aux grandes marques industrielles, un luthier est condamné à l'excellence pour vivre de ses créations, fabriquées à la pièce, rares et chères.

Alors Tom Marceau ne va pas se contenter de son talent en matière de lutherie ou d’électronique, il repense les processus de fabrication. En modélisant et numérisant les phases les plus répétitives et chronophages de la fabrication, il améliore sa productivité, sans concession sur la qualité : les machines travaillent pour lui, ce qui dégage un temps précieux, qu’il peut consacrer aux étapes plus intéressantes, où sa patte personnelle est plus nécessaire.
Deux modèles de guitare du luthier Tom Marceau / © France 3 Bretagne
Deux modèles de guitare du luthier Tom Marceau / © France 3 Bretagne
 

Un businessman dans l'âme

Mais l’ingénieux luthier est aussi un businessman averti : quand ses machines ne travaillent pas pour lui, il les rentabilise par des commandes en sous-traitance pour d’autres marques. Comme le reconnaît bien volontiers Tom Marceau, bien de sa génération, sa carrière, son entreprise sont liés à l’émergence du numérique : il avait appris la lutherie grâce aux tutoriels d’internet, avant de programmer aujourd’hui les machines pour qu’elles l’aident à mieux travailler.

Désormais installé à Betton (35) dans de nouveaux locaux sur mesure, "Marceau Guitars" envisage l’avenir avec sérénité, entre créations d’emploi et chiffre d’affaires grandissant. Et le modèle "Lucky Peterson", désormais produit en série, figure toujours parmi ses meilleures ventes …
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Bleuñvenn Konan war plato Bali Breizh

Les + Lus