Rennes : le conducteur est bien “décédé d'une blessure par balle”

Rennes : le conducteur est bien "décédé d'une blessure par balle"
Lors d'une conférence de presse, au lendemain du décès d'un conducteur qui s'est soustrait à un contrôle de police, le procureur de la République parle d'un décès consécutif "à une blessure par balle". Interview de Nicolas Jacquet, procureur de la République. Reportage : C. Jauneau / N. Dalaudier / C. Rousseau / H. Notat.

Lors d'une conférence de presse, au lendemain du décès d'un conducteur qui s'est soustrait à un contrôle de police, le procureur de la République parle d'un décès consécutif "à une blessure par balle".

Par Baptiste Galmiche

Ce dimanche, vers 8 h du matin, un automobiliste est décédé après une altercation avec la police. Le procureur de la République de Rennes indique que le décès est "consécutif à une blessure par balle".

Les pompiers avaient tenté de ranimer la victime, sans succès.

Deux coups de feu


Peu avant 8 h ce dimanche, place de la gare, une altercation a lieu entre deux hommes, alcoolisés, qui se connaissent depuis peu. Plus tard, ils montent dans une Twingo grise. "Le passager était fort en colère parce que le conducteur lui avait pris son véhicule et ses clés. Il est monté dans la voiture et se retrouve passager de son propre véhicule", relate le procureur de la République de Rennes, Nicolas Jacquet.

Le véhicule "fonce" sur une patrouille de trois policiers qui tentent de l'interpeller, renversant un agent, sorti depuis de l'hôpital. C'est à cet instant que les policiers ont utilisé leur arme, pour défendre l’agent renversé.

Selon le procureur, les premiers éléments tendent à confirmer que "les fonctionnaires de la police de l'air et des frontières (PAF) étaient dans des conditions légales d’usage des armes. D'abord, ils étaient en réaction immédiate à un véhicule qui venait de percuter un de leurs collègues, et également parce qu’il y avait la nécessité pour eux d'essayer de mobiliser le véhicule qui potentiellement dans sa fuite pouvait renverser d'autres piétons."

Condamné à 29 reprises


M. Jacquet a par ailleurs précisé que le conducteur, sous l'empire d'alcool et de stupéfiants, "avait 26 ans et 29 condamnations au casier judiciaire". Il était recherché par la justice pour une peine de 10 mois d’emprisonnement.

Le passager, âgé de 20 ans, a été mis hors de cause et ne fait objet d'aucune plainte.

Sur le même sujet

Le tout nouveau chargeur de Cristec

Près de chez vous

Les + Lus