Rennes : les éleveurs de lapins veulent sauver leur peau

Les éleveurs de lapins en opération "stickage" ce jeudi 20 avril 2017 dans un supermarché à Rennes / © G. Le Morvan
Les éleveurs de lapins en opération "stickage" ce jeudi 20 avril 2017 dans un supermarché à Rennes / © G. Le Morvan

Une vingtaine d'éleveurs de lapins se sont retrouvés en fin de matiné à l'Intermarché des Longchamps à Rennes pour une opération stickage.
La filière cunicole va mal faute de prix rémunérateurs. Les éleveurs réclament de meilleures marges.

Par Thierry Peigné

20 centimes d'euros de plus au kilo pour sauver leur peau. C'est le message qu'ont voulu faire passer des éleveurs de lapins venus de tout le grand ouest et rassemblés ce jeudi matin à Rennes. Ils ont investi l'Intermarché des Longchamp et ont collé des autocollants "Un lapin acheté, un éleveur sauvé" sur les emballages dans le rayon boucherie. Au-delà de l'opération de sensibilisation auprès des clients, la filière cunicole veut interpeller la grande distribution.

Les autocollants positionnés par les éleveurs de lapins sur les produits dans les rayons d'un supermarché à Rennes / © G. Le Morvan
Les autocollants positionnés par les éleveurs de lapins sur les produits dans les rayons d'un supermarché à Rennes / © G. Le Morvan

Un nombre d'éleveurs divisé par deux en 10 ans

De 250 il y a 10 ans, le nombre de cuniculteurs bretons est passé à 120. Une dégringolade qui s'est accentuée par une chute de la consommation, moins 9% par rapport à 2015. Les prévisions de production pour 2017 affichent une baisse de -10 à -15%.

Principale raison de cette crise de la filière cunicole, la forte augmentation du prix de l'aliment. Alors que les éleveurs payaient 250 € la tonne d'aliment en 2006, ils l'achètent actuellement autour des 270 €. Or l'alimentation représente 65% de leurs charges. Des charges en augmentation qui créent de gros problèmes de trésorerie dans les exploitations. Les cessations de paiement se multiplient dans cette filière en grande difficulté. Les agriculteurs n'acceptent plus de ne pas être rémunérés pour leur travail malgré tous les efforts consentis pour améliorer la traçabilité et la qualité.

Eleveur de lapins en colère
Yoan Février, éleveur de lapins à Monteneuf (56) / Reportage : G. Le Morvan - T. Bréhier

20 centimes de plus au kilo

Les éleveurs demandent à la distribution une meilleure exposition de leurs produits en rayon et surtout une revalorisation de 20 centimes d'euro par kg de vif pour le producteur, soit 50 centimes payé en plus par le consommateur pour un lapin acheté entier. Selon eux, c'est la survie de la filière cunicole qui est en jeu.

A lire aussi

Sur le même sujet

Trans Musicales 2017 : la programmation expliquée par Jean-Louis Brossard en septembre dernier

Près de chez vous

Les + Lus