Rennes obtient le label "French Tech", Brest devra patienter

Le grand public en entendra de plus en plus parler : French Tech est le nouveau label de l'Etat pour "booster" la nouvelle économie des TIC sur les territoires, avec un budget à la clé. Rennes et Brest étaient candidates en Bretagne au cercle restreint des villes "French Tech". 

Le microcosme des entreprises et associations bretonnes impliquées dans la nouvelle économie est en ébullition. Depuis quelques semaines les dossiers de candidature au label French Tech, pour schématiser, ils sont un peu l'équivalent des Pôles de Compétitivité, ont été déposés au Secrétariat d'Etat au Numérique.



Elus, entreprises et associations se sont rangés derrière cette candidature, portée par la Cantine Numérique à Rennaise et La Cantine Brestoise – An Daol Vras. Sans attendre l'annonce d'Axelle Lemaire, la Frech Tech Rennes, qui a déjà son logo, organise sous son égide un salon de l'emploi sur le thème "la French tech recrute".

De son côté, le Président de Rennes Metropole, Emmanuel Couet, n'avait pas fait mystère d'une candidature qui, si elle n'était pas officiellement acquise, était quasi-assurée.


Concrètement, le label French Tech donne une visibilité à l'international aux territoires qui présentent un ensemble d'entreprises et de structures dynamiques, mais c'est aussi une enveloppe de 200 millions d'euros destinée aux investissements mixtes Etat/collectivités.

Voir la carte de tous les acteurs "French tech" de la Métropole Rennaise