Réouverture des lieux culturels : les cinémas avant les théâtres

Edouard Philippe a annoncé la réouverture des lieux culturels à compter du 2 juin. Une heureuse nouvelle pour les cinémas, accueillie de façon plus nuancée par les théâtres et salles de spectacles.

Les lieux culturels pourront rouvrir progressivement à compter du 2 juin
Les lieux culturels pourront rouvrir progressivement à compter du 2 juin © Fabian Sommer / Maxppp

La culture se déconfine ! Le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé jeudi 28 mai, les dates et les modalités de réouverture des lieux culturels.

Dans les zones vertes, comme en Bretagne, les théâtres et les salles de spectacles pourront notamment rouvrir leurs portes dès le 2 juin, et "les règles de distanciation physique devront y être respectées par une organisation spécifique des places assises, une gestion des flux conforme au protocole sanitaire", a précisé Edouard Philippe. Le port du masque sera également obligatoire.
 

Les théâtres et salles de spectacles misent tout sur l'automne


Une nouvelle en demi-teinte pour les gérants d'établissements. Matthieu Banvillet, directeur du centre culturel du Quartz, à Brest, voit dans ces annonces "un signe positif". Mais en pratique, une réouverture le 2 juin est improbable. 

"Personne ne peut relancer un spectacle comme ça, en 5 jours, comprenant un week-end et un jour férié. Il faut préparer les équipes, s'organiser avec les artistes, informer les spectateurs... des spectacteurs qui seront sans doute déboussolés. Il faut qu'on prenne le temps de renouer avec le public et qu'on puisse donner tous les gages de précaution sanitaire."
 
Le protocole sanitaire suscite encore beaucoup d'interrogations. "Peut-on faire jouer des acteurs en respectant la distanciation d'un mètre ? Combien de personnes sommes nous supposés accueillir dans le salle ?"

Des questions que s'est aussi posé François Laigo, directeur du Zygo Comédie, théâtre privé situé à Vannes.
 

Est-ce qu'on peut vraiment faire jouer des comédiens avec un masque ? - François Laigo, gérant du Zygo Comédie


François Laigo a vite fait le calcul. En respectant la règle des 4 mètres carrés par personne, il ne pourrait accueillir que 33 spectateurs contre 150 habituellement. "Ce n'est pas viable. Financièrement on perdrait de l'argent, beaucoup d'argent."
 
"On s'attendait à une ouverture en juillet, alors à première vue cette annonce est une bonne nouvelle. Mais en réalité, pour nous ça ne changera rien. On attend avec impatience la phase trois du déconfinement et on mise sur le mois de septembre", ajoute le Vannetais.  

Pas de grand changement non plus au théâtre de Cornouaille à Quimper : la saison est belle et bien terminée. "Nous avions reportés nos programmations de mars et d'avril sur les mois de mai et de juin. Mais suite aux annonces d'Emmanuel Macron interdisant les festivals et grands événements jusqu'au 15 juillet, nous avions tout annulé. Au final, c'est possible ! Nous étions optimistes, à raison."
 

"À l'heure actuelle, il est impossible de tout reprogrammer. On se concentre sur la saison prochaine et on a bon espoir de jouer à nouveau à la mi-septembre avec une salle comble.
 

Les cinémas mieux lotis ? 


Du côté des salles de cinémas, la réouvertue est fixée au 22 juin, à la demande de la Fédération nationale des cinémas français. Trois semaines après les autres lieux culturels. 

Ce petit délai est bienvenu pour Sébastien Le Goff, gérant du cinéma Les Studios, à Brest. 
 

Nous ne voulions pas ouvrir dans l'urgence. Ça nous laisse le temps de mettre en place un protocole sanitaire sur la problématique des sièges notamment ou de l'arrêt ou non de la climatisation.


"Et puis nous ne sommes pas tout seuls, il faut laisser le temps aux distributeurs de relancer leur campagne de promotion des films.


Éric Gouzannet lui aussi est ravi. "Optimiste même ! C'est encourageant et excitant. Mentalement, je suis prêt", s'exclame le directeur du cinéma Arvor à Rennes. L'établissement compte proposer trois séances par jour et par salle, contre cinq habituellement. 
 
Contrairement aux programmations de spectacle vivant, les cinémas peuvent miser sur les films en diffusion en moment de la fermeture. Éric Gouzannet envisage d'organiser de petits événements, en proposant des projections de l'année passée, et pourquoi pas, d'il y a dix ans. 

Relancer l'activité en période estivale n'est pas idéal, mais les deux gérants restent confiants.

"L'essentiel c'est d'ouvrir. C'est sûr, les gens auront sans doute envie de se débarasser des écrans après deux mois enfermés, mais peut-être qu'il y aura un effet post-confinement avec l'envie de se faire plaisir, d'aller au restaurant comme au cinéma", sourit le directeur du cinéma Arvor.

"Avec l'annulation du tous les festivals, des voyages à l'étranger compromis, peut-être que gens auront envie de se faire plaisir au cinéma en soirée," espère Sébastien Le Goff. 

En dépit des dates annoncées, il sembleraient les cinémas pourraient rouvrir bien avant les théâtres et salles de spectacles. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société culture théâtre cinéma opéra musique spectacle vivant
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter