• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Des répulsifs acoustiques pour éloigner les dauphins des bateaux de pêche

Un pinger / © B.Van Wassenhove - France 3 Bretagne
Un pinger / © B.Van Wassenhove - France 3 Bretagne

Des engins qui émettent des ondes acoustiques pour éloigner les dauphins des filets de pêche, c'est une solution mise en oeuvre actuellement par Pêcheurs de Bretagne et l'ensemble des professionnels de la côte atlantique, pour limiter les captures accidentelles de cétacés et leur mortalité.

Par Krystell Veillard



Nous nous souvenons de ces images de carcasses échouées sur les plages, de dauphins blessés, mutilés. Elles ont marqué les esprits, notamment après les tempêtes de l'hiver 2016-2017, qui avaient ramené les cétacés par centaines sur le littoral atlantique. Devant l'hécatombe et le massacre, les scientifiques, comme ceux de l'Observatoire Pélagis de La Rochelle, avaient alors tiré la sonnette d'alarme, relayés par les associations environnementales. Cette mortalité provoquée par les captures accidentelles dans les filets de pêche, était portée sur le devant de la scène par la furie des éléments, mais les tempêtes n'étaient bien qu'un révélateur. Hélène Peltier, ingénieur de recherche de l'Observatoire Pélagis, (cnrs-université) qui suit de près les échouages de cétacés, rappelle ainsi que l'hiver, près de 90% d'entre eux sont provoqués suite à des blessures causées par la pêche, et le reste de l'année, c'est plus de la moitié. 
 
Dauphins morts examinés par les scientifiques de Pélagis - Ile de Ré (17) - février 2017 / © Observatoire Pélagis
Dauphins morts examinés par les scientifiques de Pélagis - Ile de Ré (17) - février 2017 / © Observatoire Pélagis
 

Plus de 4000 dauphins meurent chaque année suite à une capture accidentelle


Ces morts de dauphins par captures accidentelles dans le Golfe de Gascogne étaient estimées à environ 3 650 par an en moyenne entre 1990 et 2009. Ces estimations sont supérieures depuis 2016, plutôt autour de 4 000 par an en moyenne. Cette mortalité est une projection, en effet pour les scientifiques seulement 20% des animaux morts en mer, pourraient s'échouer et revenir sur la côte. Quant à la population totale de cétacés dans le Golfe de Gascogne, assez mal connue, elle est évaluée à quelque 180 000 animaux.
 

Des répulsifs acoustiques pour éloigner les dauphins


Ce problème de mortalité et de captures accidentelle dans leurs filets, les pêcheurs ont décidé de la prendre à bras le corps. En partenariat avec les scientifiques de l'observatoire Pélagis et de l'Ifremer, ils ont lancé un programme de recherche, destiné à être mis en œuvre d'abord sur les chalutiers pélagiques, qui pêchent principalement le merlus durant cette période. Des répulsifs acoustiques, appelés pingers, ont donc été mis au point. Ces appareils, fixés sur les chaluts avant leur mise à l'eau, émettent des ondes au contact de l'eau, éloignant les dauphins. Ils ont été testés sur six bateaux, lors de la campagne hivernale de pêche en 2018 dans le cadre du projet PIC, Pinger à cétacés, porté par l'organisation de producteurs Pêcheurs de Bretagne. Un programme financé par France Filière Pêche pour un coût de 75 000 euros.
 
Le pinger : un outil pour éviter aux dauphins de se prendre dans les filets de pêche
Un reportage de K. Veillard, B. Van Wassenhove, D. Gomez, R. Gurgand / avec Hélène Peltier, ingénieure de recherche Observatoire Pélagis - La Rochelle - Eric Guyniec, armement Apak - Lorient - Thomas Rimaud, chargé de mission Pêcheurs de Bretagne
 

Des résultats encourageants : 65% de captures en moins


Les résultats de ces tests menés de février à avril 2018, sont particulièrement encourageants. La barrière acoustique créé par les trois pingers fixés sur chaque filet semble efficace. Les prises de dauphins ont été réduites de 65% lors des traits de chaluts avec les appareils. Au total ce sont 218 opérations de pêche, qui ont été observées, durant lesquelles les traits de chalut avec ou sans pingers ont été alternés. Pour les scientifiques, même si le nombre de bateaux à avoir testé les pingers est trop peu important pour tirer des conclusions définitives, l'expérimentations est très prometteuse. 
 

L'ensemble de la flotte équipée en 2019


Pour cette nouvelle campagne 2019 de pêche hivernale, l'ensemble de la flotte de chalutiers pélagiques du golfe de Gascogne, soient 26 bateaux, (dont 18 adhérents à l'organisation Pêcheurs de Bretagne) est désormais équipée. Avec la nécessité pour les armateurs de faire un travail de sensibilisation auprès des équipages. Et afin de mieux comprendre les liens entre les captures et les échouages de dauphins, assez méconnus, des observateurs scientifiques embarquent également sur les bateaux.
Et puis un nouveau projet est en cours, pour les années 2019-2021, le programme Licado, qui vise à améliorer l'efficacité des appareils acoustiques. Affiner les fréquences émises par exemple et faire en sorte qu'ils ne se déclenchent qu'en présence des dauphins, pour éviter un bruit ambiant constant. Et puis il s'agit encore d'étendre le dispositif aux autres types de pêche.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Match nul pour le Stade Rennais à Nice

Les + Lus