Saint-Brieuc : l'enquête publique sur le parc éolien démarre

Publié le Mis à jour le
Écrit par la rédaction

L'enquête publique sur le projet éolien en baie de Saint-Brieuc débute aujoud'hui. Jusqu'au 29 septembre, chacun peut prendre connaissance du dossier et consigner ses observations sur les registres publiques, par courrier ou par internet. Le projet concerne l'implantation de 62 éoliennes en mer.

C'est un dossier qui pèse lourd. Plusieurs milliers de pages - environ 6 000 ! - pour un marché de 2,5 milliards d'euros. Du 4 août au 29 septembre, ce dossier est accessible dans le cadre d'une enquête publique. Chacun peut donc consigner ses obseravtions sur les registres publiques dans les mairies des 17 communes concernées, par courrier ou par internet.



Quel est le projet ?

Il s'agit d'installer 62 éoliennes pour produire de l'électricité dans la baie de Saint-Brieuc (22). Chaque éolienne mesure 215 mètres de hauteur pour une puissance de 8 MW. La zone d'implantation couvre une surface de 75 km2. Elle est située à environ 16 km du Cap Fréhel, 17 km d'Erquy ou encore 33 km de Saint-Brieuc.



La mise en service de ce parc est prévue en 2020. Il pourrait alimenter 800 000 personnes en électricité.



C'est le consortium Ailes Marines qui a remporté l'appel d'offres lancé par l'Etat français, en 2012. Ailes Marines est détenu à 70% par l'espagnol Iberdrola, à 22,5 % par Eole-Res et à 7,5 % par la Caisse des dépôts.



Réseau de Transport d’Électricité (RTE) doit construire le raccordement de ce parc éolien au poste électrique de la Doberie sur la commune d’Hénansal (22). Des travaux qui consistent en l'établissement d’une double liaison de 225 kV sur une longueur de 49 km (33 km de liaison sous-marine jusqu’au point d’atterrage localisé à Erquy, plage de Caroual, et 16 km de liaison souterraine) avec une extension du poste préexistant.



Le dispositif offshore prévu par Ailes Marines ainsi que la construction du raccordement électrique par RTE sont tous deux soumis à l'enquête publique.



La France à la traîne



Fin 2015, l'Europe comptait 84 parcs éoliens réparties dans 11 pays, soit plus de 3 000 éoliennes offshore raccordées au réseau électrique. Elles couvrent à peu près 1,5 % de la consommation électrique totale de l’Union européenne. Mais 99% de cette puissance électrique provient de 6 pays, Royaume-Uni, Danemark et Allemagne formant le trio de tête.



Eolien offshore et éolien terrestre confondus ont produit 13,3% de l'électricité allemande en 2015. En France, c'est seulement 3,9%.



L’Etat français cherche à accélérer sa transition énergétique en augmentant la part d’énergies renouvelables dans la consommation électrique. Le territoire est favorable et sous-exploité : la France dispose du 2ème gisement éolien en Europe.

 

Comment participer à l'enquête publique ?
17 communes dont 2 situées dans l’Ille-et-Vilaine accueillent des permanences de la commission d’enquête.



Pendant toute la durée des enquêtes, toute personne peut prendre connaissance du dossier et consigner ses observations. Trois moyens de le faire :



sur les registres d’enquêtes déposés dans les mairies suivantes :



Pleubian, Lanmodez, Lézardrieux, Ploubazlanec, Ile de Bréhat, Paimpol, Plouézec,

Plouha, Tréveneuc, Saint-Quay-Portrieux, Binic-Étables, Pordic-Tréméloir, Plérin,

Saint-Brieuc, Langueux, Hillion, Morieux, Planguenoual, Pléneuf-Val-André, Erquy,

Plurien, Fréhel, Plévenon, Pléboulle, Matignon, Saint-Cast-le-Guildo, Saint-Alban,

Hénansal, Saint-Jacut-de-la-mer, Lancieux, Saint-Briac-sur-mer, Saint-

Lunaire, Dinard, Saint-Malo, Saint-Coulomb et Cancale.



par correspondance postale :



DDTM – Délégation à la mer et au littoral

Enquête publique projet éolien en mer

à l’attention de Madame la Présidente de la commission d’enquête

CS 52256

1 rue du parc

22022 Saint-Brieuc cedex



sur le site internet de la préfecture des Côtes-d’Armor :

http://www.cotes-darmor.gouv.fr
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité