Saison touristique 2020 en Bretagne. Malgré un bilan plus favorable qu'au plan national, 6300 emplois sont détruits

Les professionnels bretons du tourisme s'en sortent mieux que d'autres régions grâce à une bonne fréquentation de la clientèle bretonne et plus largement française qui compense l'absence de la clientèle étrangère aux mois de juillet et août.
Les plages et les loisirs nautiques privilégiés par les Français. Ici au mois d’août à Carnac
Les plages et les loisirs nautiques privilégiés par les Français. Ici au mois d’août à Carnac © Marc-André Mouchère
Un bilan de l'Insee Bretagne en partenariat avec le Comité régional au tourisme est paru ce lundi matin. Le tourisme en Bretagne s'en sort mieux que d'autres régions, mais une grande part de l'hôtellerie-restauration affiche un mauvais bilan. Comparé à 2019 le chiffre d'affaires en juillet-août 2020 de l'hébergement restauration se situe au même niveau dans la restauration mais reste inférieur dans l'hôtellerie.

Forte chute de la fréquentation dans l'hôtellerie

En avril 2020, mois de total confinement, les 3/4 des 700 hôtels bretons sont restés fermés. La fréquentation des hôtels était quasiment à l'arrêt, avec seulement 28.800 nuitées enregistrées en Bretagne. En comparaison aux 677.800 nuitées de 2019, la chute est de 95%.

Après le confinement, la fréquentation est remontée avec la réouverture progressive des établissements. Au mois de mai 42% des hôtels étaient ouverts ; 88% l’étaient en juin. C’est respectivement pour ces mêmes mois, 10% et 37% des niveaux de fréquentation atteint en 2019. Au cœur de la saison estivale, en juillet-août, la situation des hôtels s'est améliorée mais les taux d'occupation des chambres sont restés en dessous de ceux observés en 2019.

La situation de l’hôtellerie en Bretagne était toutefois plus favorable qu’au niveau national.

Les locations saisonnières aussi sont à la baisse simplement par l'effet mécanique du confinement au printemps. Sur l'ensemble de la saison 2020 les plateformes de locations de vacances de type Airbnb et Abritel enregistrent une diminution de 21% du nombre de journée de location notamment en raison de l'effondrement de la demande au 2ème trimestre.

Net recul de l'activité dans l'hébergement-restauration

Le chiffre d'affaires de l'hébergement-restauration à fortement baissé pendant le confinement jusqu’à moins 90% en avril. Avec la fin du confinement l'activité a repris progressivement dans les hôtels et restaurants.

De mars à mai 2020, près de 80% des établissements du secteur de l'hébergement-restauration ont eu recours au chômage partiel. Entre le 4ème trimestre 2019 et le 2ème trimestre 2020, ce sont 6300 emplois qui ont été détruits dans le secteur de l'hébergement-restauration, soit 13% de son effectif.

Les professionnels du tourisme plutôt satisfaits en juillet et août

Les professionnels bretons du tourisme affichent une satisfaction relativement faible en juin (40%) et en septembre (55%). En revanche en juillet et août le taux de satisfaction atteint 80%. En effet, l'absence prévue d'une grande partie des clientèles étrangères a été compensée par la présence marquée des clientèles françaises et notamment bretonnes.

Des activités privilégiées pour éviter le coronavirus

D'avril à septembre 2020 la fréquentation des véloroutes et des voies vertes progressent de 9% par rapport à 2019.

Les activités nautiques (voile, canoë, glisse), elles aussi bénéficient de la situation et génèrent un chiffre d'affaires en hausse de 18,5% cette saison. Les centres nautiques ont su sécuriser la clientèle en offrant plus de cours particuliers à l'heure, mais aussi en proposant plus de créneaux de cours collectifs et en s'adaptant aux protocoles sanitaires. Les locations de bateaux ont aussi progressé grâce à une augmentation du nombre de points de location.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie coronavirus/covid-19 société