Tara (4/4) : la goélette amarrée à Paris pour la COP21

Publié le Mis à jour le

Depuis les années qu'il navigue sur les eaux terrestres, Tara connaît bien les océans. Dans ce quatrième et dernier épisode, on suit la goélette dans son trajet vers Paris. Les scientifiques à bord présentent les causes qu'ils vont défendre lors de la COP21.

Tara connaît bien les océans. Depuis 10 ans qu'elle parcourt les océans avec, à son bord, des scientifiques, la goélette connaît bien les problématiques marines. Mais cette fois, elle ne va pas sillonner les océans : elle est en partance pour Paris. À son bord, Eric Karsenti (le biologiste qui, lors de l'expédition Tara Oceans, avait mis la lumière sur le monde méconnu du plancton), et Jean Jouzel, climatologue.



À eux deux, ils comptent bien faire entendre la voix des océans lors de la COP21. "Ceux qui s'intéressent aux océans ont eu le sentiment que la Conférence de Paris ne lui faisait pas une assez grande place. Je pense que cette crainte a été prise en compte", souligne Jean Jouzel.

Tara au pied de la Tour Eiffel

Le 12 novembre 2015 était inauguré le Pavillon Tara "Océan & Climat". Sur un espace de 600 m², les visiteurs ont pu découvrir le rôle-clé joué par les océans.



Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, était présente. "Comme l'océan n'est pas habité, tout le monde considère qu'il en est propriétaire. Soit c'est une poubelle collective, soit il y a une prédation des ressources naturelles. Or l'océan, c'est un élément-clé de l'équilibre de la planète", constate la ministre.



L'océan, un élément-clé de notre écosystème

Les mers et océans représentent 70 % de la surface de la Terre. Il n'est donc pas étonnant que les océans régulent de manière importante notre climat. Ils absorbent 93 % de l'excédent d'énergie dû à l'augmentation des gaz à effet de serre liée à l'activité humaine.



L'océan est souvent surnommé "le poumon de la planète", pour une raison simple : il absorbe du CO2 (25 % de celui qu'émettent les hommes en un an), et fournit de l'oxygène. Mais cette activité, de plus en plus intense en raison de l'activité humaine, comporte de lourds effets secondaires, parmi lesquels l'acidification des océans due à la dissolution du CO2 dans l'eau. "L'acidification menace directement des espèces comme les huîtres et les moules consommées par l’homme et aura aussi un impact sur les chaines alimentaires marines", alarment Jean-Pierre Gattuso et Lina Hansson dans un rapport réalisé en vue de la COP21. Et selon eux, les conséquences du réchauffement climatique pourraient encore empirer dans le futur.









Reportage : A. Castier, V. Bars, V. Hilaire

Reportage : A. Castier, V. Bars, V. Hilaire. Interviews : - Romain Troublé, secrétaire général de la Fondation Tara ; - Jean Jouzel, climatologue ; - Ségoléne Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable.

Interviews :

- Romain Troublé, secrétaire général de la Fondation Tara ;

- Jean Jouzel, climatologue ;

- Ségoléne Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité