Trafic de stupéfiants. Suspecté d'être le complice du tireur de Cleunay, un homme interpellé

Impliqué dans une fusillade mortelle dans le quartier de Cleunay à Rennes, le principal suspect a été mis en examen et écroué la semaine dernière. Son complice présumé a lui été placé en garde à vue mardi 23 mars au soir. Une opération policière d'envergure a également eu lieu ce mercredi matin.

Les policiers sur les lieux des coups de feu près du Carrefour city, rue Ferdinand de Lesseps
Les policiers sur les lieux des coups de feu près du Carrefour city, rue Ferdinand de Lesseps © M. Thiébaut - FTV

Il était activement recherché. L'homme "soupçonné d’être le complice du tireur dans les faits d’homicide commis dans le quartier de Cleunay mercredi dernier" a été placé en garde à vue mardi 23 mars au soir, peut-on lire dans un communiqué du parquet de Rennes. Selon nos informations, cet homme né en 2001 a été interpellé au volant de sa voiture sur une bretelle de la rocade aux abords du Roazhon Park, alors qu'il avait été repéré depuis quelques jours par les enquêteurs de la police judiciaire.

Les faits remontent au mercredi 17 mars, quand une altercation dans le quartier de Rennes a fait deux blessés par balle, dont un homme de 24 ans, décédé le lendemain à l'hopital. Le tireur avait été interpellé le jour même à Cleunay,  mais son complice présumé était en fuite.

 

Une opération "importante" ce mercredi

Le procureur de la République de Rennes ajoute qu'une autre opération d'envergure, sur fond de trafic de stupéfiants a débuté dès 6h du matin, ce mercredi 24 mars. Dans le quartier de Villejean, à l'ouest de Rennes, 39 policiers de la direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) sont intervenus dans le cadre d'une information judiciaire suivie par la Juridiction Interrégionale Spécialisée de Rennes (JIRS).

Une "importante opération" que le procureur de la République explique en invoquant "des chefs de trafic de produits stupéfiants, importation de produits stupéfiants, détention d’armes de catégorie A et B, association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime ou d’un délit puni d’au moins cinq ans d’emprisonnement, et blanchiment de trafic de produits stupéfiants." Selon nos informations, l'opération prévue de longue date, pourrait aussi avoir un lien avec les auteurs des tirs dans le quartier Cleunay.

Dans le cadre de cette procédure, "5 personnes sont actuellement en garde à vue".

L'opération en plus d'avoir mobilisé 39 policiers, a necessité "l'assistance de deux groupes du RAID et de deux groupes canins".

Des opérations "qui s’inscrivent dans la volonté forte de démanteler les groupes criminels prospérant sur le trafic de stupéfiants dans différents quartiers de Rennes et d’apporter des réponses judiciaires dans les faits criminels qu’ils génèrent afin d’affirmer qu’il n’existera aucune impunité en ce domaine", peut-on lire en conclusion du communiqué. Dès le soir des coups de feu dans le quartier Cleunay, le procureur avait d'ailleurs fait connaitre sa détermination dans la résolution de ces affaires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité drogue faits divers