Transat Jacques Vabre : Sodebo Ultim de Coville et Nélias s'impose en moins de 8 jours

C'est à l'issue d'un match race le long des côtes brésiliennes que Sodebo Ultim s'est imposé à vitesse grand V devant Maxi Edmond de Rothschild dans cette 13e édition express de la Transat Jacques Vabre. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Thomas Coville et son coéquipier Jean-Luc Nélias (Sodebo Ultim) ont franchi la ligne d'arrivée dans la baie des Saints à Salvador de Bahia, ce lundi à 11h43. Sur la toute fin de parcours, le vent était bien tombé et le maxi trimaran n'avançait plus qu'à 4 noeuds. 


Partis le dimanche 5 novembre du Havre, le maxi trimaran a descendu l'Atlantique en moins de huit jours (7j 22h 07min 27s) à 23 noeuds de moyenne. Ils battent ainsi de plus de deux jours le record établi en 2007 par Franck Cammas et Stève Ravussin sur Groupama en 10j 0h 38 min. C'était la 6e participation à la Transat Jacques Vabre pour Thomas Coville et la 7e pour Jean-Luc Nélias.


Sur leur maxi trimaran avec lequel Thomas Coville a pulvérisé l'année dernière le record du Tour du monde en solitaire en 49 jours, les skippers ont devancé de plus de 24 milles l'un des deux autres Ultim de cette course, Maxi Edmond de Rothschild, du duo Sébastien Josse/Thomas Rouxel.

Le troisième maxi trimaran Prince de Bretagne (Lionel Lemonchois/Bernard Stamm) est à plus de 1 200 milles de l'arrivée.

Une course quasi parfaite

Sodebo Ultim, un maxi trimaran qui commence à dater, a déjoué ainsi les pronostics face au bijou technologique tout récent qu'est Maxi Edmond de Rothschild. Ce dernier, capable de "voler" grâce à ses foils (appendices qui élèvent le bateau au dessus de l'eau) faisait sa première grande sortie. Il semble cependant avoir connu des ennuis techniques alors qu'il était attendu plus rapide que ce qu'il a montré durant la traversée. Mais rien n'a filtré. "On s'éclate bien", a dit Rouxel lors de la dernière vacation avec l'organisation. "Ils (Coville/Nélias) ont bien navigué, ils sont très rapides, nous on découvre le bateau, on découvre doucement les manettes".

De leur côté, Coville et Nélias ont su saisir leur chance, en tête depuis le Cap Vert, profitant de la baisse de régime de leurs adversaires. 

33 bateaux répartis en 4 catégories (Ultime, Multi50, Imoca et Class40) sont encore en course après l'arrivée des vainqueurs.