Une publicité contre la castration à vif des porcelets interdite en Bretagne

Plusieurs villes de Bretagne, ainsi que le département de la Sarthe, ont annulé une campagne d’affichage dénonçant la castration à vif des porcelets, suite à des menaces du monde agricole et politique.

L’association de protection des animaux de ferme, Welfarm, a annoncé que sa campagne d’affichage contre la castration à vif des porcelets avait subi une nouvelle annulation dans la Sarthe, une suspension à Brest, Langueux et Saint-Brieuc.

La campagne devait se dérouler du 24 août au 20 septembre dans la Sarthe et dans différentes villes de Bretagne, "mais a été suspendue 3 jours seulement après sa mise en place à Brest en raison de menaces provenant du monde agricole et politique". La préfecture de la Sarthe a motivé l’annulation pour « prévenir un risque d’atteinte à l’ordre public » indique l'association, ce qui « prive du droit d'informer le consommateur sur une pratique archaïque, cruelle et généralisée ».


Cette décision fait suite à des menaces provenant du monde agricoles et politique, « en décalage avec la démarche de dialogue » qu’a entamé l’association avec les distributeurs, les industriels et les éleveurs.


des alternatives

« Aujourd'hui, 85% des porcs mâles élevés en France sont castrés sans anesthésie alors même que des alternatives à cette pratique douloureuse existent et sont prédominantes dans plusieurs pays européens », rappelle l'association, qui a lancé en mai 2016 une campagne baptisée "#COUIC2018", destinée à sensibiliser la filière et le grand public.
           
Welfarm souligne par ailleurs que sa pétition demandant l'arrêt de cette pratique a recueilli "plus de 120.000 signatures".

La castration à vif du cochon, à laquelle les représentants européens de la filière porcine se sont engagés à trouver des alternatives d'ici 2018, peine à disparaître en France. Seul un acteur majeur du secteur a pratiquement remisé le bistouri: la coopérative Cooperl, qui regroupe un quart des éleveurs français et dont 80% des éleveurs ont mis fin à la castration chirurgicale à vif du porcelet.
           
La castration à vif permet d'obtenir des porcs plus gras, tout en évitant l'odeur nauséabonde de verrat que peut dégager à la cuisson le gras de certains mâles "entiers". Son arrêt nécessite la détection des carcasses odorantes dans les abattoirs, et donc l'embauche de "nez" humains capables de détecter ces odeurs.