Violence dans le football : Plédran reste sous le choc après les incidents lors du match contre les jumeaux de Mzouazia

Publié le Mis à jour le
Écrit par Benoit Levaillant
La foule dans les tribunes du stade Fred-Aubert, à Saint-Brieuc.
La foule dans les tribunes du stade Fred-Aubert, à Saint-Brieuc. © France3 Bretagne

Lors du match entre le CS Plédran et le club mahorais de Mzouazia, ce samedi 13 novembre à Saint-Brieuc, douze supporters bretons ont été blessés. Le maire de la commune déplore la violence dans les stades, même au niveau régional.

L’incident a fait le tour des médias en Bretagne et à Mayotte. Samedi 13 novembre, en marge du match de 7e tour de coupe de France de football entre le CS Plédran (Côtes d'armor) et les jumeaux de Mzouazia (Mayotte), 3 individus, visiblement éméchés, n'appartenant à aucun des deux kops, ont provoqué les supporters de Plédran jusqu’à déclencher une bagarre.

Samedi soir, deux jeunes personnes de Plédran se sont retrouvés aux urgences, l’une avec l'humérus cassé, l’autre ayant été pris de convulsions et ayant fait un malaise. Une troisième personne a été rouée de coups à la sortie du stade, pris dans ce qui ressemble à un guet-apens, avant que les forces de police n’interviennent.

Une enquête en cours

Ce lundi 15 novembre, le maire de la commune, Stéphane Briend, a rencontré la commissaire de police adjointe de Saint-Brieuc pour faire la lumière sur les faits. Les victimes de coups et leur famille vont déposer plainte. Une enquête reste en cours pour violences en réunion.

Ce dimanche 14 novembre, deux des trois individus qui ont provoqué les incidents ont été placés en garde à vue puis relâchés. L’un deux, qui a notamment frappé un stadier, devra comparaître devant le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc début 2022. L’autre s’est vu notifier un rappel à la loi. Le club s’étonne que dans la presse, depuis samedi, « on ne parle que de bagarre générale».

Sur le terrain, la fête était belle, malgré la défaite 5-1. Mais aujourd’hui, le sport devient ingérable.

Jean-Luc Moriceau, président du CS Plédran

« On ne veut pas se laisser salir, ajoute Gaël Le Manchec, le chargé de communication du club. Nous avions tout organisé pour que ce match soit une fête. Elle a été gâchée par trois individus qui ne sont pas de Plédran. Nous ne voulons pas jouer les victimes mais les messages insultants à l’égard du club sur les réseaux sociaux sont scandaleux ».



Montée de la violence dans le football, même au niveau amateur

Le maire de Plédran Stephane Briend veut dépassionner le débat mais s’inquiète de la montée de la violence dans le football, notamment depuis le COVD et le retour du public. « Nous on était sidérés par la bonne entente entre supporters de Plédran et supporters mahorais. L’ambiance était extraordinaire. Ce qui s’est passé est un acte isolé. Autour, dans les tribunes, il y avait essentiellement des familles. Le football devient un coupe gorge, et encore, on n'est qu'au niveau régional ».

A noter que le club mahorais des jumeaux de Mzouazia jouera un nouveau club breton pour le 8e tour de la coupe de France : Plancoët, le samedi 27 novembre.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.