Vol Malaga-Nantes : 37H de retard, un rennais raconte

Le vol Volotea au départ de Nantes vers Malaga initialement prévu samedi aux aurores n'est parti que le lendemain en début d'après-midi. Ce fort retard a engendré un autre retard sur le vol retour Malaga/Nantes. Un Rennais a attendu 37h avant de pouvoir embarquer pour rentrer chez lui.
ce week-end, les 180 passagers du vol Malaga/Nantes ont du attendre 37h avant de pouvoir embarquer et rejoindre la France.
ce week-end, les 180 passagers du vol Malaga/Nantes ont du attendre 37h avant de pouvoir embarquer et rejoindre la France. © Pierre Bagot

C'est un périple retour qui gâche un peu sa semaine de vacances sous le soleil de Malaga. Pierre Bagot, paysagiste à Rennes, a du attendre 37h avant de pouvoir embarquer pour son vol retour. 

Beaucoup d'attente et aucune information

"On était 180 passagers à attendre, à l'aéroport de Malaga, il n'y avait personne pour nous guider, nous donner des infos." Le rennais doit décoller samedi à 8h35. Mais après une journée à patienter dans l'aérogare, pas de nouvelles.

"On nous a fait monter dans un bus pour aller à l'hôtel, sans trop nous dire où et à quel hôtel nous allions, ni même si nous pourrions avoir un vol le lendemain."

Retards en cascade pour les vols low cost.

Les vols des compagnie low cost, dont Volotea fait partie, effectuent des rotations en restent très peu de temps au sol (environ 30 minutes pour Volotea). Le Vol Nantes/Malaga de 6h du matin a enregistré un fort retard au départ de Nantes, ce qui a engendré un retard encore plus important au départ de Malaga. 

Le périple de Pierre Bagot ne s'arrête pas là, puisque le lendemain, lui et les 179 autres passagers sont appelés un par un, par ordre alphabétique pour s'enregistrer à nouveau. La compagnie aérienne ayant perdu la liste des passagers à cause d'une panne informatique. Ils doivent normalement embarquer à 15h30. 

Appel par ordre alphabétique pour enregistrement ©Pierre Bagot

"Dimanche on nous dit 15h30 puis 16h30. Nous avons finallement décollé à 21h30 dimanche soir. C'est un avion portugais qui est venu nous chercher mais il était plus petit que celui que nous avions au départ, donc je n'avais pas de place attitrée. J'ai attendu à côté d'un stewart qu'on me désigne une place, jusqu'au dernier moment je n'ai pas su si je pourrais partir." 

D'ailleurs selon Pierre Bagot, une famille n'a pas pu embarquer et est même restée à Malaga.

Les passagers sont restés sans nouvelles de la compagnie aérienne avant d'être emmenés à l'hôtel
Les passagers sont restés sans nouvelles de la compagnie aérienne avant d'être emmenés à l'hôtel © Pierre Bagot

La galère du remboursement

Après la galère du retard, commence maintenant pour les passagers, la galère des démarches administratives pour se faire rembourser. "Je vais essayer de contacter Volotea et j'espère qu'ils feront quelque chose mais je n'y crois pas trop" confie Pierre. 

Selon le site du minitère de l'économie, un passager qui subit un retard ou une annulation sur un vol intracommunautaire de moins de 1500 km peut se faire indemniser à hauteur de 250€.

Le ministère précise : "Dans la plupart des cas l'indemnisation n'est ni immédiate ni automatique. C'est au passager de la solliciter en adressant une demande d'indemnisation directement auprès de la compagnie aérienne."

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme aéroport nantes atlantique transports transports aériens vacances sorties et loisirs