Auneau (28):la justice valide la fermeture d'Ethicon

La justice a validé mercredi le contenu du plan social du fabricant de matériel chirurgical Ethicon (groupe Johnson & Johnson)

Maître Maria Brun avocate des ex-salariés Ethicon devant le tribunal des Prud' hommes de Chartres délocalisé à la CCI
Maître Maria Brun avocate des ex-salariés Ethicon devant le tribunal des Prud' hommes de Chartres délocalisé à la CCI © F3 Centre-Val de Loire/D.Le Pape

La direction d'Ethicon France, qui compte quelque 900 salariés en France, a annoncé en 2010 sa volonté de fermer le site d'Auneau (Eure-et-Loir) pour déplacer sa production en Amérique du Sud. Le plan social visait les 350 salariés du site.

Depuis l'annonce du plan social par la direction, une bataille s'était engagée devant la justice entre les syndicats et la direction. En octobre 2011, le tribunal de grande instance de Nanterre avait invalidé la procédure de PSE au titre de l'absence de motif économique avéré. La direction avait fait appel. La cour d'appel de Versailles a, en juin, validé le principe du plan social, avant de donner son feu vert mercredi à son contenu.

Jusqu'au dernier moment, les salariés ont espéré une annulation du plan social. Après 28 mois de combat, l'amertume est grande. Comme le témoigne Armand Djiré, délégué FO.(propos recueillis par D.Gannay)
durée de la vidéo: 01 min 34
Armand Djiré Ethicon

Le plan social prévoit "l'équivalent d'une couverture financière globale moyenne de 50 mois de salaire net par salarié". Une enveloppe bien négociée du point de vue d'Ethicon.

Mieux qu'une belle somme d'argent, les 350 salariés du site d'Auneau auraient préféré, assurément, garder leur emploi. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter