Cet article date de plus de 7 ans

Un centre équestre pas très à cheval sur le droit du travail

Le centre équestre de Vineuil, près de Blois, dans le Loir-et-Cher cessera ses activités le 1er janvier prochain. Les deux moniteurs diplômés seront licenciés et la direction du centre s'est engagée à rembourser les 60 licenciés qui le fréquentent.
Le centre équestre de Vineuil, appelé « Domaine de Vineuil » s'apprête donc à mettre la clé sous la porte. L'établissement pourtant racheté et rénové il y a quelques mois rencontre aujourd'hui de grandes difficultés.
Officiellement, le gérant du centre équestre, Lucas Charry arrivé en septembre dernier d'Aix-en-Provence, invoque la crise et la nouvelle hausse de TVA pour justifier cette cessation d'activités.
Mais on apprend que les services vétérinaires, l'inspection du travail et la Mutualité Sociale Agricole ont visité le centre équestre et ont étudié son mode de fonctionnement. La Mutuelle Sociale Agricole a engagé une procédure pour emploi illégal de personnes non-déclarées et les deux salariés licenciés ont porté plainte auprès du tribunal des prud'hommes pour non respect du code du travail

Reportage à Vineuil (41) : Alain-Georges Emonet, Sylvie Françoise et Laurence Vaury.
durée de la vidéo: 01 min 29
Centre équestre de Vineuil




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social justice équitation